Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’ère post-traumatique laisse la place à la prédiction statistique

Enregistrées et traitées, les données de production donnent la possibilité de pratiquer la modulation de dose. Un exemple de ce que le numérique permet aujourd’hui. En croisant des informations, le pilotage s’appuiera demain sur des prédictions statistiques.

La prédiction statistique qui découle du développement des données informatiques devrait permettre à l’agriculteur une meilleure gestion technico-économique de sa structure, ce qui induit une meilleure rentabilité.
La prédiction statistique qui découle du développement des données informatiques devrait permettre à l’agriculteur une meilleure gestion technico-économique de sa structure, ce qui induit une meilleure rentabilité.
© N.C.

Et si demain, un tracteur, un bâtiment et pourquoi pas un terrain pesaient moins dans le capital à reprendre d’une exploitation agricole que l’historique des données de production ? Stéphane Marcel, directeur de Smag*, y croit. « Les contextes, sociétal mais également économique, ne laissent d’autres choix à l’agriculture que d’accroître sa productivité », contextualise-t-il. Les surfaces cultivables diminuent, le nombre d’agriculteurs connaît la même tendance. « Pour nourrir la population tout en préservant l’environnement alors que la mondialisation des échanges impose au secteur économique la volatilité des prix, le monde agricole se trouve face à un réel défi. La révolution industrielle que l’on vit actuellement lui permettra de le relever ».

Digitale, cette révolution industrielle modifie tous les repères. « C’est parfois déroutant, à l’image de ce qui s’est passé dans l’hôtellerie. Airbnb, avec ses algorithmes, possède un capital financier supérieur à celui du groupe Accor, qui est propriétaire d’un grand nombre d’hôtels ». En agriculture, les données (data) et leur traitement permettront demain la prédiction statistique. Associé à une prestation de conseil, cet outil offrira à l’agriculteur les moyens d’anticiper, affirme le directeur de Smag, spécialiste de la smart agriculture (agriculture intelligente). En appuyant ses décisions s

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Bien immatriculer les matériels de l’exploitation agricole
Les matériels qui ne sont pas soumis à l’obligation de certificat d’immatriculation (carte grise) doivent être immatriculés (à l’…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
S’affranchir du soja importé, rêve ou réalité ?
Le contexte international de pandémie rend davantage saillante la question de l’autonomie protéique. La France peut-elle répondre…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité