Aller au contenu principal

Enseignement
Les bancs de l’enseignement agricole attirent les jeunes

Elèves et apprentis ont fait leur rentrée lundi 5 septembre. Le point sur les effectifs et les nouveautés.

Au 1er janvier 2011, les lycées agricoles de Niort et de Melle fusionnaient. Cette rentrée avait donc un goût particulier pour Jean-Michel Bobineau, directeur des établissements publics locaux (EPL) de Melle et Niort : « Cette fusion administrative réalisée au cours du premier trimestre 2011 a débouché sur une structure réunissant six centres : le lycée agricole de Melle et son exploitation agricole, le lycée horticole de Niort et son exploitation horticole, le CFPPA et le CFA ». Et lors de cette rentrée scolaire 2011, ce sont 570 élèves (548 pour la rentrée 2010) qui ont pris le chemin de la formation initiale. « On note une augmentation de 20% de l’effectif pour le lycée horticole, précise Jean-Michel Bobineau. Les apprentis quant à eux étaient au nombre de 320. » Au rayon des nouveautés, on rencontre un bac pro Gestion des milieux naturels et de la faune, une 2nde pro Nature, jardin, paysages, forêt avec spécialisation gestion des espaces naturels… « et en 2nde générale à Melle, nous avons élargi les enseignements à des orientations de pratiques professionnelles ». Quant aux chantiers de cette année scolaire, l’un va occuper pleinement le directeur et son équipe : le devenir des exploitations de Melle et Niort à cinq ans. « S’agissant de Melle, reprend Jean-Michel Bobineau, nous allons nous orienter sur des productions biologiques. Et nous souhaiterions mettre en place une production maraîchage bio sur l’exploitation de Niort afin notamment d’alimenter les cantines de Melle et de Niort voire plus. Ce projet n’en est qu’au stade de la réflexion… »Aux Sicaudières, la cloche a également retenti, signant lundi 5 septembre la reprise des cours pour 246 lycéens et 95 apprentis. « Nous enregistrons un maintien de l’effectif des apprentis et une augmentation de 3% de celui des lycéens par rapport à l’année dernière », détaille Pascal Mangin, directeur du lycée agricole. Les filières professionnelles et technologiques attirent alors que les filières agroalimentaires sont quelque peu boudées. « Ces dernières garantissent pourtant une bonne insertion professionnelle mais il faudrait redorer l’image des métiers de l’agroalimentaire », précise le directeur.


Un taux de réussite moyen de 88%
Selon Philippe Marchesi, directeur de la Fédération départementale des MFR, 1346 jeunes (formation initiale) ont fait leur rentrée dans les 11 MFR que compte le département. « Et ce sont 300 contrats d’apprentissage signés, précise-t-il. Une trentaine d’autres seront probablement ratifiés avant l’échéance du 15 décembre. » Le directeur est satisfait de l’engouement suscité par les MFR. Il souhaiterait par ailleurs un financement plus important de la part du ministère de l’Agriculture. Satisfait également du taux de réussite car un léger coup d’œil dans le rétroviseur et Philippe Marchesi annonce un taux de réussite global de 88% pour juin 2011 : diplôme des collèges (87%), CAP (91%), Bepa (84%), bac pro (94%) et BTS (94%). Quant aux nouveautés pour cette rentrée, il est à noter la mise en place du CAP petite enfance à la MFR de Moncoutant et un chantier en cours sur l’apprentissage. « L’offre sera étoffée dès la rentrée 2012 », conclut le directeur de la FdMFR.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité