Aller au contenu principal

Viande bovine
Les éleveurs de bovins allaitants ont atteint le point de rupture

Lundi, trois membres du bureau de la FNB se déplaçaient à Nantes pour rencontrer les membres des sections viandes bovines des régions Bretagne, Pays de Loire et Poitou-Charentes. Tous ont constaté que les 5 dernières années de crise ont laminé les élevages.

Des responsables des sections bovines, des groupements de producteurs et des associations d'éleveurs, ont rencontré des membres du bureau de la FNB : Pierre Chevalier, Guy Hermouet et Patrick Bénézit.
Des responsables des sections bovines, des groupements de producteurs et des associations d'éleveurs, ont rencontré des membres du bureau de la FNB : Pierre Chevalier, Guy Hermouet et Patrick Bénézit.
© N C.
«Le rapport de force s’est inversé. C’est maintenant l’amont qui possède des leviers d’action pour peser dans la filière », a annoncé lundi Pierre Chevalier, président de la FNB devant les sections départementales des régions Bretagne, Pays de Loire et Poitou-Charentes. Un constat encourageant pour une filière qui paye une crise qui n’en finit plus.
« La décapitalisation lente et insidieuse du cheptel allaitant après cinq ans de manque de rentabilité est désormais bien visible. Ce n’est pas faute de ne pas l’avoir annoncé », poursuit Guy Hermouet, vice-président de la FNB. « On manque d’animaux dans toutes les régions de France. Les organisations économiques sont inquiètes. »
Pour autant, si ces constats sont partagés par les éleveurs, il ne semble pas en être de même pour l’aval. « Le risque qui pèse sur l’approvisionnement des abattoirs n’est pas encore pris au sérieux par tout le monde », s’énerve Guy Hermouet. « Et pourtant, avec l’explosion des charges, l’engraissement n’est toujours pas rentable », s’inquiètent les éleveurs. Les chiffres des coûts de production de l’Institut de l’élevage démontrent qu’en début d’été, l’engraissement d’un JB revenait à plus de 4,50 €/kg de carcasse. « Avec la hausse de la protéine, il ne faut pas s’étonner que plus aucun éleveur ne s’engage», analysent les éleveurs après avoir fait leurs calculs. « N’ayons pas peur de demander 5€/kg de carcasse», affirme Pierre Chevalier. « D’ailleurs qui aurait parié que les JB auraient pris 1€/kg il y a un an ? Et pour autant la consommation ne s’est pas effondrée. N’ayons pas peur de nos convictions », ont martelé les éleveurs.

Les chiffres de l’installation dans la production de viande bovine sont aussi alarmants.
« Entre le coût de la reprise, le manque de rentabilité, les astreintes de travail et l’étouffant système de contrôle administratif, quel jeune voudrait reprendre un élevage allaitant aujourd’hui ? », demande un éleveur.
Un constat partagé par Pierre Chevalier qui résume : « L’élevage allaitant a atteint deux points de rupture. Une rupture économique et une rupture sociologique. Cela fait cinq ans que les éleveurs se rémunèrent moins de 15 000€/an avec de nombreuses contraintes. Qui peut tenir à ce prix-là ? »
L’élevage ne va pas bien et pourtant des progrès ont été réalisés depuis deux ans. « Export, pesée classement marquage, réforme des cotations, contractualisation, tout cela était inscrit dans la feuille de route après l’action devant chez Bigard en 2010 et la FNB a fait le boulot », affirme Guy Hermouet. Alors que manque-t-il ? Les sections départementales sont unanimes, « il manque une synergie entre les OP pour une défense efficace du prix payé aux producteurs et une dynamique de filière vertueuse ». Ce constat, les éleveurs avaient à cœur de le partager avec les OP de la région l’après-midi lors d’une réunion élargie.            
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité