Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les jeunes, première victimes des cours au plus bas

Les éleveurs ont une fois de plus fait le constat de prix trop bas menaçant l’avenir des jeunes. La section bovine a cependant quelques espoirs de voir s’ouvrir de nouveaux marchés.

Julien Dupuis, président JA du canton de Saint-Maixent et Thierry Bernier, président de la section bovine, suivent de très près une situation qui fragilise les jeunes agriculteurs.
Julien Dupuis, président JA du canton de Saint-Maixent et Thierry Bernier, président de la section bovine, suivent de très près une situation qui fragilise les jeunes agriculteurs.
© N.C.

C’est le constat d’une situation intenable pour les éleveurs, et les jeunes en particulier, qu’ont fait les participants à l’assemblée de la section bovine de la Fnsea 79, le 22 février. Président cantonal des Jeunes Agriculteurs de Saint-Maixent, Julien Dupuis sait de quoi il parle. Cinq ans après son installation sur la ferme familiale, il juge la crise actuelle « très profonde ». Un chiffre à lui seul résume le contexte : « des vaches de réforme qu’on propose d’acheter à mon voisin 3,50 € par kilo, au lieu de 5,30 € ».
Philippe Thibaudeau, secrétaire général de la section et éleveur naisseur-engraisseur à Faye-l’Abesse, fait la même analyse sur les bases d’un rapide calcul. « Quand il manque 50 centimes par kilo de carcasse sur une bête de 400 kilos, ça fait 200 euros par tête ». L’amertume est grande pour ces éleveurs qui sont également confrontés à l’allongement des délais d’enlèvement. « Ils sont à peu près raisonnables pour les taurillons mais ils peuvent atteindre jusqu’à trois semaines pour les vaches », déplore-t-il.
Thierry Bernier ne décolère pas. « Début 2015, les cours des jeunes bovins étaient à 3,75 €. Ils devaient atteindre 4,50 €, selon ce que nous disait le ministre de l’agriculture. Aujourd’hui, ils sont à 3,60 € »

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 26 février 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Entre deux pluies, les moissons profitent de l’éclaircie
Orge, colza, pois et, ici et là, blés dur et tendre : les battages se sont intensifiés dans la moitié sud du département. Qu’elle…
Publicité