Aller au contenu principal

Bovins
Les modalités des contrôles sanitaires à l’introduction ont changé

Les modalités de dépistage de la brucellose, de la BVD et de l’IBR ont changé. Ainsi que leur prise en charge financière.

La brucellose, la BVD et l’IBR doivent être dépistées.
La brucellose, la BVD et l’IBR doivent être dépistées.
© DR

 

Jusqu’à maintenant, tout bovin introduit dans un cheptel deux-sévrien, quel que soit son âge, devait être dépisté concernant les maladies suivantes : brucellose, la BVD et l’IBR. Ces analyses étaient prises en charge à 100 % par le laboratoire (Lasat) via une subvention du conseil général. Or, depuis le début de l’année 2010, suite à une restriction budgétaire du Lasat, ces dispositions ont été revues.

Ainsi, de par son caractère obligatoire, la brucellose ne sera dépistée que si le transport entre le cheptel vendeur et le cheptel acheteur est supérieur à six jours et si le bovin a plus de 24 mois. En pratique, ce délai se calcule à partir de la date de signature de la carte verte (l’ASDA) et le jour de l’entrée dans le cheptel acheteur et non pas la date de prélèvement de l’animal.

Cette recherche sera désormais prise en charge à 50 % par le conseil général et donc facturée pour 50 % à l’éleveur, soit 2,66 € par bovin. Reste à l’éleveur et à son vétérinaire de s’assurer si la recherche doit être demandée. Si la demande n’est pas faite et que la recherche devait être réalisée, des rattrapages seront réalisés sur les sérums qui sont systématiquement congelés au laboratoire, mais des frais de décongélation seront facturés en plus à l’éleveur soit 0,54 € par bovin.

Pour la BVD, rien ne change. Elle reste obligatoire et gratuite pour chaque introduction. Pour l’IBR en revanche, la recherche reste obligatoire mais sera là aussi facturée pour  50 % à l’éleveur soit 2 ,63 € par bovin.

 

Une nouvelle ASDA pour renforcer la sécurité sanitaire

Les nouvelles ASDA (cartes vertes) comportent de nouvelles rubriques sur la sûreté alimentaire, à renseigner   pour les bovins  concernés que  lorsqu’ils quittent leur exploitation et ce, quelle que soit leur destination. Ces informations portent sur quatre maladies : le botulisme, la listériose, la salmonellose, la cysticercose et deux types de dangers chimiques : les traitements médicamenteux et les  contaminants de l’environnement type dioxine.  Dans la majorité des cas il n’y aura pas d’information à transmettre : c’est pourquoi il n’y aura pas de réédition de toutes les anciennes cartes vertes qui resteront valables. Toutefois pour ces bovins, si des informations sont à transmettre, vous devez contacter le Groupement de défense sanitaire (GDS) qui vous communiquera alors un document complémentaire qui devra suivre l’ASDA. La nouvelle ASDA ne sera donc éditée que pour les naissances et les introductions. Les autres évolutions visibles sur l’ASDA : retrait de la date de validité, rajout du « nom du bovin », retrait de l’encart « signature » dans le bandeau « mouvement ».   

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité