Aller au contenu principal

Les ovins passent à l'heure du cadran

Le marché de Parthenay mise sur un nouveau système pour attirer plus d'éleveurs.

Denis Coudreau, président du marché de Parthenay a présenté l'organisation du marché au cadran pour les ovins et répondu aux questions des utilisateurs.
Denis Coudreau, président du marché de Parthenay a présenté l'organisation du marché au cadran pour les ovins et répondu aux questions des utilisateurs.
© N.C.

Une page se tourne à Parthenay. Les négociations au coin d'une case sont des scènes qui n'auront plus cours dans la halle du marché. Dès mercredi, la vente des ovins se fera sous couvert de l'anonymat. Les éleveurs déposeront leurs animaux au marché qui se chargera de la pesée et du parcage. Qu'il y ait une, cinq ou dix têtes dans le lot, « tout passera à la bascule », explique Jean-Paul Courtin, directeur de la SAS le marché aux bestiaux. L'apporteur obtiendra un ticket où le nombre d'animaux, le poids et autres informations seront consignées, mais il n'aura pas accès aux parcs. Les acheteurs seront seuls au moment d'apprécier les lots proposés à la vente qui s'ouvrira à 8h30.
Une fois le prix de son lot fixé, le vendeur sera libre d'accepter ou non la vente. S'il l'accepte, il pourra récupérer son chèque immédiatement. « Pour les éleveurs, ce sera donc un gain de temps », avance le président de la SAS, Denis Coudreau. Le marché facture son service aux éleveurs à hauteur d'1,2 % du montant hors taxe de la vente.

De nouvelles habitudes à prendre
Mettre en place ce système aura demandé du temps, notamment pour convaincre des éleveurs inquiets de perdre la main sur la vente de leurs lots.
À l'inverse, ils s'appuient sur le succès du cadran bovin ou celui des autres marchés qui ont adopté cet outil. « Notre premier but est de stopper la baisse des effectifs vendus à Parthenay, voire développer l'activité », envisage le président. « Les jeunes éleveurs ne sont pas forcément intéressés par le gré à gré. » Et force est de constater que l'espoir de la SAS est fondé. Depuis la mise en place du cadran pour les bovins, en 2012, les apports d'animaux ont progressé de 54 %. Aux Hérolles ou à Sancoins, la progression du nombre d'ovins vendus est encore plus spectaculaire.
Quant aux prix, le marché ne va pas devenir « un casino. » Il restera régi par les mêmes mécanismes de l'offre et de la demande. « Les bons animaux seront toujours mieux payés que les moins bons », assurent les responsables.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité