Aller au contenu principal

Les produits locaux servis aux élèves de Bressuire

Début novembre les agriculteurs manifestaient avec pour revendication « deux plats sur trois d’origine locale dans la RHF ». A Bressuire, la centrale qui sert 1250 repas par jour, pourrait dans le domaine de l’approvisionnement local servir d’exemple.

Les produits fabriqués dans les ateliers deux-sévriens trouvent leur place sur les tables de la restauration scolaire bressuiraise.
Les produits fabriqués dans les ateliers deux-sévriens trouvent leur place sur les tables de la restauration scolaire bressuiraise.
© N.C.

La conviction seule ne permet pas d’atteindre l’équilibre nécessaire pour inscrire de manière pérenne les produits locaux au menu des cantines scolaires. William Nicole, gestionnaire de la cuisine centrale de Bressuire, en fait l’expérience.
Au mois d’août, alors qu’il prenait son poste à Terves, il recevait de son employeur, la commune de Bressuire, la mission de servir aux enfants, autant que faire se peut, des plats préparés avec des produits issus du territoire. « La volonté s’exprimait depuis déjà quelques années, note Marinette Tallier, adjointe au maire en charge de la restauration scolaire. Notre bocage est riche de produits de qualité. En servant aux enfants des pommes, de la viande, des fromages de notre région, en utilisant la crème transformée sur notre territoire, nous poursuivons le double objectif de la dynamique économique locale et de l’éveil des enfants au goût. » 
Outre le réseau permettant de garantir l’approvisionnement, William Nicole, feuille de route sous le bras, s’est engagé avec ses équipes dans un travail visant à modifier les équilibres matières en fonction des nouveaux objectifs. « Une telle réorientation demande une adhésion de tous les acteurs au principe. Parce que les produits sont plus chers et que l’on se doit de maîtriser les coûts, l’équipe en cuisine est revenue sur certaines habitudes. Nous préparons à nouveau nos fonds, nos sauces, par exemple. Notre objectif est clair : économiser partout où cela est possible avec pour ambition de réinvestir dans les produits issus de notre territoire. »

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité