Aller au contenu principal
Font Size

Les trichogrammes face à la pyrale

Principal ravageur du maïs, la pyrale est en cette période à son pic d’activité. Deux méthodes de lutte existent : un insecticide qui nécessite le passage d’un tracteur, ou une autre moins connue, le lâcher de trichogrammes par drone.

L’utilisation du drone permet d’éviter un passage de tracteur alors que les maïs sont assez développés.
L’utilisation du drone permet d’éviter un passage de tracteur alors que les maïs sont assez développés.
© BUCHOU NÉGOCE

La présence de la pyrale peut entraîner des pertes de rendement significatives (7 % de pertes en moyenne, que ce soit en grain ou en fourrage) et surtout impacter la qualité du maïs via le développement des mycotoxines, à l’image de la sésamie, qui pose les mêmes problèmes.

Principal ravageur du maïs, la pyrale est un papillon qui pond ses oeufs sur les feuilles de maïs en début d’été (généralement de mi-juin à mi-juillet). La larve issue de l’oeuf se déplace vers la tige en creusant des galeries, ce qui fragilise la plante et perturbe son fonctionnement. Elle peut également être présente sur l’épi. Pour lutter contre la pyrale, deux solutions existent : un insecticide ou le lâcher de trichogrammes. Les insecticides ont l’inconvénient du « passage du tracteur » dans une période où les maïs sont souvent assez développés. Cette opération délicate n’est aujourd’hui pas nécessaire avec les trichogrammes, qui sont de minuscules hyménoptères spécifiques de la pyrale. Ils déposent leurs oeufs dans ceux de la pyrale. Les larves qui se développent se nourrissent alors des oeufs du ravageur, les détruisant.

La méthode des trichogrammes est bien connue depuis plusieurs années mais peinait à prendre de l’ampleur. En effet, jusqu’à maintenant, l’épandage se faisait par l’utilisation de 25 plaquettes par hectare, placées à la main. Une méthode fastidieuse qui limitait le développement de cette technique.

Un épandage par drone

Depuis quelques années, l’arrivée de nouvelles technologies a permis le développement de cette lutte biologique. C’est le cas chez Buchou Négoce, négociant dans le centre Deux-Sèvres. Par le biais de leur partenaire Agriload, la société propose une prestation d’épandage de trichogrammes par drone. Les trichogrammes se présentent sous forme de capsule à raison de 100 capsules/ha épandues par le drone, qui peut épandre jusqu’à 9 hectares à la fois.

« L’arrivée des drones amène de nouveaux arguments. Le débit de chantier est d’environ cinq minutes par hectare et l’agriculteur n’a pas à s’en occuper, explique Frédéric, technicien Chez Buchou Négoce. C’est une méthode alternative qui répond également aux attentes sociétales ». Les trichogrammes ont une durée d’action d’environ trois semaines. Leur efficacité est bien réelle mais peut être hétérogène selon les conditions d’application et la pression des pyrales.

Des limites techniques

En effet, certaines contraintes viennent se greffer à cette technique. L’application doit se faire, dans la limite du possible, sur maïs couvrant pour éviter d’exposer les capsules au soleil et à la chaleur. La difficulté est de lier l’application sur maïs couvrant et un minimum développé avec le vol de la pyrale. La combinaison de ces deux facteurs n’est pas toujours possible sur des couverts à dates de semis tardifs.

Les parcelles doivent également être relativement propres. Du fait de l’épandage par drone, il faut être attentif à la météo pour pouvoir appliquer le remède. En effet, si les rafales de vents sont trop importantes, l’épandage est impossible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité