Aller au contenu principal

L’innovation matérielle permet la réduction de dose

Autorisation ou interdiction ? La décision concernant l’avenir du glyphosate est repoussée à la mi-décembre. Pour arrêter leur point de vue, les politiques doivent définir leur priorité. Toutes les techniques ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Les alternatives à la chimie existent, au moins partiellement. Se priver de glyphosate, c’est accepter la consommation des énergies fossiles. Les politiques doivent trancher.
Les alternatives à la chimie existent, au moins partiellement. Se priver de glyphosate, c’est accepter la consommation des énergies fossiles. Les politiques doivent trancher.
© Arvalis - Institut du végétal

«Matignon s’est positionné pour une durée d’homologation de 4 ans maximum. Ce qui compte, c’est la diminution de l’utilisation des pesticides », déclarait Stéphane Travert peu après la non décision des États membres à l’égard du Glyphosate.
Alors que les Vingt-huit ont jusqu’au 15 décembre pour se mettre d’accord, les instituts techniques et de recherche vont être mis à contribution. Le sursis pour lequel s’est positionné la France suffira-t-il à trouver des alternatives ?

À Arvalis - Institut du végétal, on se garde bien de prendre position sur l’autorisation ou l’interdiction du produit. Pour Thibaud Deschamps, ingénieur régional basé à la station expérimentale du Magneraud (17), la réponse se trouve dans les priorités politiques qui seront arrêtées par les chefs d’États. « Se priver de glyphosate, c’est accepter, outre une augmentation du temps de travail pour les exploitants, le développement de la consommation d’énergie fossile, génératrice de gaz à effet de serre», précise l’expert.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité