Aller au contenu principal

L’interprofession du bois forge ses nouveaux outils de formation

Gratuitement pendant trois mois, 7 200 salariés de 350 entreprises de Poitou-Charentes et du Limousin vont avoir accès à la plateforme de formation mise en place par Futurobois. Plus d’un millier de cours sont déjà accessibles et la panoplie s’enrichit.

Si les contenus sont principalement numériques, Futurobois produit également ses propres cours techniques sur le bois.
Si les contenus sont principalement numériques, Futurobois produit également ses propres cours techniques sur le bois.
© N.C.

Lancée en avril 2015, la plateforme numérique de formation de Futurobois peinait jusqu’ici à trouver son public. Pour que les salariés de ses 205 adhérents mettent le pied à l’étrier, Futurobois a décidé de leur ouvrir gratuitement l’accès à l’outil.
Depuis 2008, lorsque l’interprofession s’est intéressée au sujet de la révolution numérique, « nous avons vu que les formations liées aux nouveaux outils de communication ont porté leurs fruits », explique Nicolas Marot, délégué général de Futurobois. Elle a alors pris l’exemple d’une entreprise du bocage qui a vu son chiffre d’affaires s’accroître de 20 % après qu’un salarié se soit formé et utilise les réseaux sociaux. Toutefois, les idées et les dynamiques de ce nouveau mode de commerce « s’essoufflent quand une seule personne dans l’entreprise s’y intéresse », d’où l’étape suivante de « former des équipes », grâce à la plateforme virtuelle. Dans un premier temps, elle proposait presque uniquement des sujets liés au numérique, comme comprendre le fonctionnement d’un disque dur, le principe de l’impression 3D ou apprendre à utiliser telle fonction de tel logiciel.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 20 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité