Aller au contenu principal
Font Size

L’usine de méthanisation mettra les gaz en 2019

Porté par 34 structures, le projet d’usine, qui devrait voir le jour début 2019 sur la zone d’activités de Batipolis à Aiffres, a été présenté aux habitants de la commune.

De gauche à droite : Thierry Peloquin, de la chambre d’agriculture, Estelle Narbonne de l’Ifrée, et Didier Rambaud, porteur
De gauche à droite : Thierry Peloquin, de la chambre d’agriculture, Estelle Narbonne de l’Ifrée, et Didier Rambaud, porteur
© C.M.

Après cinq ans de réflexion sur la faisabilité d’un projet d’envergure, la SAS Les Injecteurs niortais a présenté aux Aiffricains, par la voix de Didier Rambaud, associé du Gaec La Petite Rivière, son projet de méthanisation. Les contours de sa réalisation restent assez flous, le dossier n’ayant pas encore entamé sa phase réglementaire. Néanmoins, l’emplacement de sa future construction a été validé par le préfet le 15 février 2016. L’usine devrait ainsi voir le jour sur la zone d’activités de Batipolis, à Aiffres, sur une surface estimée de 2,2 hectares. Un site jugé propice au développement de l’activité, au regard de sa proximité avec le bassin niortais. Une douzaine de kilomètres de tuyaux seraient ainsi nécessaires pour acheminer le gaz produit vers le réseau de Grdf.
La production de gaz espérée devrait générer un chiffre d'affaires lissé sur quinze ans d'environ 2 millions d'euros lors de la revente à Grdf, sans compter les économies réalisées directement sur les exploitations. Avec cette usine, les membres de la Sas ont pour objectif de « réduire d’au moins 15 % les quantités d’azote minéral utilisés, soit 5 400 tonnes de CO2 par an avec la valorisation de plus de 40 000 tonnes d’effluents agricoles, soit l’équivalent de 5 000 déplacements en avion Paris-New-York », explique Didier Rambaud.


Trente-quatre structures ont accepté d’être partenaires du projet, dont la totalité des agriculteurs d'Aiffres et de Saint-Symphorien, ainsi que cinq partenaires extérieurs que sont Océalia, qui alimentera l’unité de méthanisation en déchets de céréales, le négociant VSN négoce, la coopérative Sèvre et Belle, la coopérative laitière de la Sèvre et l’association Agri Sèvre.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 15 juillet 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité