Aller au contenu principal

Mercosur, Ceta : d’une qualité singulière, la production française doit afficher sa différence

Mardi 13 mars en soirée, les participants au colloque sur les conséquences des accords internationaux sur l’élevage français ont discuté tard dans la nuit. L’absence de cohérence politique interpelle.

Pour Frank Michel, économiste à la chambre d’agriculture régionale, et Emmanuel Bernard, vice-président de la FNB, il est aberrant « d’inonder l’Europe de produits que l’on s’est 
interdit de produire ».
Pour Frank Michel, économiste à la chambre d’agriculture régionale, et Emmanuel Bernard, vice-président de la FNB, il est aberrant « d’inonder l’Europe de produits que l’on s’est
interdit de produire ».
© C.P.

«Quand on exporte, on exporte de la qualité ; quand on importe, on importe du prix », cadre Emmanuel Bernard, vice-président de la Fédération nationale bovine. Le déséquilibre qui s’annonce à travers les accords bilatéraux en négociation prend sa source ici, juge l’élu professionnel, largement applaudi par les 280 participants à la soirée-débat organisée par la chambre d’agriculture, Interbev Nouvelle-Aquitaine et le comité de la foire de Bressuire, mardi 13 mars.
Emmanuel Bernard a ancré le débat sur la nécessité de cohérence qui, aujourd’hui, semble faire défaut à la Commission européenne. « Si on importait des voitures, on voudrait qu’elles freinent aussi bien que les voitures européennes. La comparaison me plaît. Tout le monde peut comprendre que l’on va tolérer pour la nourriture ce que l’on ne tolérerait pas pour la sécurité routière ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité