Aller au contenu principal

Moissonneuse-batteuse : une coupe flexible pour récolter le soja

Face aux difficultés rencontrées par Arnaud Matringhem dans ses cultures de soja, l’exploitant de la Vienne a opté pour une machine à coupe flexible. Un achat rentabilisé, selon lui, par un débit de travail plus important et de meilleurs rendements.

La coupe flexible se démarque également dans les cultures versées, puisqu’elle permet de ramasser correctement dans n’importe quel sens.
La coupe flexible se démarque également dans les cultures versées, puisqu’elle permet de ramasser correctement dans n’importe quel sens.
© L.V.

En agriculture biologique, Arnaud Matringhem et ses deux frères Gilles et François cultivent 630 hectares de blé, pois, féverole, maïs, triticale, lentille et soja, à Jouhet, dans la Vienne. Cette dernière culture occupe près du quart de la surface et mérite toutes les attentions. « Quand on le négocie à 850 euros la tonne, cela vaut la peine d’y passer du temps et de ne pas ramasser trop vite », justifie Arnaud Matringhem. Mais l’une des difficultés de cette culture tient dans la faible épaisseur du tapis végétal, avec les grosses gousses au ras du sol. Un défi d’autant plus difficile en agriculture biologique que les binages successifs tendent à remonter les pierres.

Dans un premier temps, ces peignes ont été remplacés par des versions en plastique qui limitent ce désagrément. En 2012, les associés finissent par investir dans une coupe flexible, achetée d’occasion dans le Gers. Produit purement américain, la coupe 1 020 de Case IH de 6 mètres se révèle un peu plus chère, mais le surcoût est vite rentabilisé au regard des 1 à 2 quintaux qu’Arnaud Matringhem estime ramasser en plus par hectare

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité