Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Noter la floraison et commencer à prévoir la date de récolte du maïs

e stade du maïs à la récolte est déterminant pour la qualité de l’ensilage. C’est pourquoi il est important de l’anticiper en tenant compte des conditions de l’année.

© Arvalis

La date de floraison dépend de la précocité des hybrides, de la date de semis et du scénario climatique de l’année. La carte ci-contre illustre l’état d’avancement de la culture en comparant le cumul de températures  2014 à la normale de ces vingt  dernières années, pour un semis du 15 avril et jusqu’au 1er juillet.Les régions en jaune et orange présentent une avance du cumul de températures de 10 à 30 degrés jours par rapport à la normale, ce qui correspond à environ un point de MS à la récolte. Les régions en bleu présentent un retard du même ordre. Ces écarts ne sont pas significatifs et évolueront en fonction du scénario climatique des prochaines semaines.Pour le moment, on note une semaine d’avance par rapport à 2013.Cette carte est construite pour un semis du 15 avril et ne prend pas en compte des scénarios hydriques exceptionnels (excès ou déficit de pluviométrie) qui ont pu perturber le développement des plantes. Par rapport à 2013, le cumul de températures 2014 est supérieur en toutes régions, d’au moins 70 à 100 degrés jours, l’équivalent d’au moins une semaine d’avance à la floraison.Au niveau de la parcelle, et pour prendre en compte la date de semis, le premier indicateur de la précocité de la culture reste la date de floraison femelle, c'est-à-dire la sortie des soies.Pour déterminer la date de floraison, il faut visiter régulièrement les parcelles au moment de l’apparition des soies. Éviter les bordures de parcelle. La parcelle est fleurie quand 50 % des plantes présentent des soies. Noter alors la date de floraison.Puis, avec les données météo statistiques, il est possible de faire une première prévision de la période probable de récolte. En effet, les besoins en températures de la plante sont d’environ 600 à 650 degrés jours pour atteindre 32 % MS. Pour affiner la prévision et prendre en compte la climatologie de l’année, il faudra revisiter la parcelle un mois après la floraison et observer le remplissage des grains.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité