Aller au contenu principal

Noter la floraison et commencer à prévoir la date de récolte du maïs

e stade du maïs à la récolte est déterminant pour la qualité de l’ensilage. C’est pourquoi il est important de l’anticiper en tenant compte des conditions de l’année.

© Arvalis

La date de floraison dépend de la précocité des hybrides, de la date de semis et du scénario climatique de l’année. La carte ci-contre illustre l’état d’avancement de la culture en comparant le cumul de températures  2014 à la normale de ces vingt  dernières années, pour un semis du 15 avril et jusqu’au 1er juillet.Les régions en jaune et orange présentent une avance du cumul de températures de 10 à 30 degrés jours par rapport à la normale, ce qui correspond à environ un point de MS à la récolte. Les régions en bleu présentent un retard du même ordre. Ces écarts ne sont pas significatifs et évolueront en fonction du scénario climatique des prochaines semaines.Pour le moment, on note une semaine d’avance par rapport à 2013.Cette carte est construite pour un semis du 15 avril et ne prend pas en compte des scénarios hydriques exceptionnels (excès ou déficit de pluviométrie) qui ont pu perturber le développement des plantes. Par rapport à 2013, le cumul de températures 2014 est supérieur en toutes régions, d’au moins 70 à 100 degrés jours, l’équivalent d’au moins une semaine d’avance à la floraison.Au niveau de la parcelle, et pour prendre en compte la date de semis, le premier indicateur de la précocité de la culture reste la date de floraison femelle, c'est-à-dire la sortie des soies.Pour déterminer la date de floraison, il faut visiter régulièrement les parcelles au moment de l’apparition des soies. Éviter les bordures de parcelle. La parcelle est fleurie quand 50 % des plantes présentent des soies. Noter alors la date de floraison.Puis, avec les données météo statistiques, il est possible de faire une première prévision de la période probable de récolte. En effet, les besoins en températures de la plante sont d’environ 600 à 650 degrés jours pour atteindre 32 % MS. Pour affiner la prévision et prendre en compte la climatologie de l’année, il faudra revisiter la parcelle un mois après la floraison et observer le remplissage des grains.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité