Aller au contenu principal

Justice
« Nous ne laisserons pas deux agris payer pour cette action commune »

Le 12 août, deux agriculteurs des Deux-Sèvres ont été condamnés à verser 8 429€ et 88 780€ de dommages et intérêts en réparation des dégradations commises sur les bâtiments de la Préfecture lors d’une manifestation en février 2018.

Le 16 février, l'action de la Fnsea et des JA pour se faire entendre sur la perte de l'ICHN avait donné lieu à l'arrosage de la Préfecture au moyen d'une tonne à lisier.
© DR

Ils venaient défendre la cause de près de 1500 agriculteurs concernés par la perte de l’ICHN*, ils se retrouvent condamnés par la cour d’appel de Poitiers à payer des sommes conséquentes, afin de réparer les dégâts commis le 16 février 2018 par projection de lisier. Deux agriculteurs deux-sévriens, qui auraient été identifiés sur photo (un troisième a été relaxé au bénéfice du doute) ont écopé de 8 429€ et 88 780€ de dommages et intérêts à régler à la Préfecture pour les opérations de nettoyage, ainsi que la réparation d’un sol et du système d’évacuation des eaux d’un bâtiment. « Même si ces sommes ont été allégées en appel, elles restent trop élevées encore, déplore Grégory Nivelle, président de la Fnsea 79, syndicat à l’origine de la manifestation en question, avec les JA79. En aucun cas ces deux agriculteurs ne devront payer pour avoir défendu une cause commune à 1500 autres ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité