Aller au contenu principal

Voeux 2020
Nouvelle année, nouvelles missions pour les entrepreneurs ?

Lundi 13 janvier, les présidents des trois chambres consulaires des Deux-Sèvres et le président du département ont présenté ensemble leurs vœux aux acteurs économiques.

© Christelle Picaud

«Quand les entreprises vont bien, l’emploi et le département aussi ». C’est un président de Conseil départemental « heureux de son sort » qui a ouvert la soirée des vœux, réunissant pour la première fois la CCI, la CMA, la chambre d’agriculture et le département. Gilbert Favreau recevait à domicile, à l’ancien manège équestre de la caserne Du Guesclin, et proposait à l’assistance de repenser la place des entreprises au sein de la société à travers le témoignage de deux dirigeants de groupes locaux : Pascal Demurger, pour la Maif, et Emery Jacquillat, pour Camif.fr.

Entreprises à mission

Le débat entre les deux PDG, animé par Guillaume Duval, d’Alternatives économiques, portait sur l’implication croissante des entrepreneurs dans des démarches de responsabilité sociétale des entreprises (RSE). « La société attend de l’entreprise qu’elle participe à réparer le monde, a annoncé d’emblée Pascal Demurger. J’ai ainsi fait le pari d’un modèle économique différent à la Maif, qui se centre d’abord sur le bien-être de ses salariés – le plaisir de constituer une communauté de travail –, puis sur le service et la proximité auprès des clients et autres parties prenantes, avant même la recherche de profit financier. Cet engagement ne va pas à l’encontre de la performance économique, au contraire. Elle développe l’activité et la fidélité des clients sur le long terme ».

Mêmes convictions du côté d’Emery Jacquillat, qui a relancé la Camif il y a dix ans, en plaçant ces valeurs au cœur de son projet et en menant des actions concrètes comme des tournées de sensibilisation sur la consommation responsable ou un Green Friday pour contrer le Black Friday. « Avec la loi Pacte (*), un nouveau statut émerge, celui des entreprises “à mission”, des sociétés affirmant haut et fort une raison d’être sociale et environnementale. C’est la naissance d’une nouvelle économie qui se joue. Plus personne ne peut ignorer l’urgence de changer les pratiques de consommation. Plus tard, on se souviendra que cette révolution est partie de Niort », sourit le dynamique entrepreneur.

Et les entreprises agricoles ?

Le monde agricole et rural n’est pas oublié de ces deux entreprises, nées et demeurées sur le territoire. Pascal Demurger évoque les 1 200 repas/jour cuisinés à partir de produits de maraîchers locaux pour les salariés du siège de la Maif à Niort ou encore le fonds d’investissement récemment créé pour soutenir les projets énergétiques et agricoles. Emery Jacquillat insiste, lui, sur les matières premières sourcées auprès de 137 exploitants agricoles français pour fabriquer les produits Camif.fr. « Le monde agricole n’a pas à rougir de son rôle pour l’économie, il en est même souvent au départ, avant de s’appuyer sur des partenariats avec les autres métiers pour la transformation et commercialisation des produits, souligne Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture. L’enjeu est de faire connaître ces liens pour dépasser le moment charnière que nous traversons ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité