Aller au contenu principal

« Parce que nous sommes d'accord sur les objectifs »

Réserves de substitution : Les étapes du protocole d'accord sur la construction des réserves de substitution de la Sèvre niortaise s'enchaînent. Les associations signataires reviennent sur les motifs de leur engagement.

François-Marie Pellerin, vice-président de la coordination du Marais poitevin, Christophe Bordes, responsable technique de la fédération de la pêche, Yanick Maufras, président de DSNE, Michel Buntz et Jean-Luc Menneguerre, respectivement président et vice-président du Curet, le collectif d'Uxellois pour le respect de l'environnement sur leur territoire.
François-Marie Pellerin, vice-président de la coordination du Marais poitevin, Christophe Bordes, responsable technique de la fédération de la pêche, Yanick Maufras, président de DSNE, Michel Buntz et Jean-Luc Menneguerre, respectivement président et vice-président du Curet, le collectif d'Uxellois pour le respect de l'environnement sur leur territoire.
© CHRISTELLE PICAUD

Quelques mois après la signature du protocole d'accord sur les réserves de la Sèvre niortaise, les associations signataires du document reviennent sur les raisons qui ont motivé leur engagement.

« Au sein de DSNE, la signature, n'a pas fait l'unanimité, reconnaît Yanick Maufras, président de Deux-Sèvres nature environnement. Le fait de parapher le document représente un niveau d'engagement qui n'a pas été accepté par tout le monde ».

Échanger est une chose, s'impliquer auprès des agriculteurs en est une autre « dans un univers où seule l'opposition a eu sa place jusqu'à présent », analyse le représentant avant de juger que « la médiation organisée par la préfecture a permis de lever des verrous. En sortant des postures, nous avons construit un nouveau cadre de travail. Ce qui nous importe, c'est avant tout l'objectif ». Yanick Maufras le fixe sans ambage. « Le maintien de la biodiversité. Aux agriculteurs, dans leurs exploitations, parce qu'eux et eux seuls savent comment faire, de trouver les moyens de l'atteindre », exprime-t-il, confiant et prêt à les accompagner dans les défis qui se présentent.

« Une volonté d'économie d'eau »

François-Marie Pellerin, vice-président de la coordination du Marais poitevin, « a trouvé intéressant d'entrer dans cette démarche ». L'agriculture comme d'autres usages a besoin d'eau, reconnaît-il. Le protocole, résultat de « nombreux débats, échanges, discussions, désaccords - et il y en aura probablement encore de nombreux - fixe le cadre d'une gestion collective et surtout publique de la ressource qui tiendra compte de la disponibilité dans le milieu. La mise à disposition de cette eau sécurisée sera définie par un plan annuel de répartition, son utilisation sera conditionnée à des pratiques agroécologiques dont il nous faudra rapidement pouvoir quantifier les effets ».

Alors que le dossier suit son cours, le signataire du protocole garde un oeil sur les conditions climatiques. « Ce travail doit se faire dans une volonté d'économie d'eau ».

François-Marie Pellerin sera vigilant sur ce point. Michel Buntz et Jean-Luc Menneguerre, président et vice-président du Curet, également. L'abandon du projet de retenue au Plénisseau (projet qui avait valu la constitution de l'association) ne change en rien l'engagement de leur association dans le dossier. « Nous sommes un collectif de citoyens. Nous apprécions de faire partie de la commission de surveillance et d'animation du projet ». Cette implication est nécessaire lorsque de tels ouvrages sont financés à 70 % par l'argent public, jugent les représentants, satisfaits de la tournure qu'a pris le dossier à travers le protocole. « Il faudra aller encore plus loin dans le partage de l'eau entre les agriculteurs », note toutefois Jean-Luc Menneguerre.

Impact positif

Impliqués dans les actions visant au maintien de la qualité et de la quantité d'eau dans le milieu, la fédération de la pêche pense qu'un travail sur le débit d'étiage ne peut qu'être favorable au bon fonctionnement du milieu. Christophe Bordes, responsable technique, explique, au nom de Pierre Lacroix, le président, en quoi le protocole et la baisse des niveaux de prélèvement en période estivale ont toutes les chances d'avoir un impact positif sur le milieu. « La fédération de la pêche souligne souvent l'impact négatif de l'agriculture sur le milieu. Ici, on travaille à la mise en oeuvre d'une transition. Celle-ci a pour ambition de rapprocher les pratiques agricoles des attentes de la société en termes de respect de l'environnement. Les pêcheurs naturellement s'impliquent ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Publicité