Aller au contenu principal

PAC
Plaidoyer régional pour le maintien d’une PAC ambitieuse

Chambre d’agriculture, coopératives, syndicalisme jeunes et aînés font bloc pour défendre une PAC ambitieuse dotée de réels moyens financiers.

De gauche à droite, les quatre présidents, Philippe Moinard, (FRSEA), Julien Geay (JA région), Daniel Rouvreau, (chambre d’agriculture des Deux-Sèvres) et Yvette Thomas (FRCA).
De gauche à droite, les quatre présidents, Philippe Moinard, (FRSEA), Julien Geay (JA région), Daniel Rouvreau, (chambre d’agriculture des Deux-Sèvres) et Yvette Thomas (FRCA).
© Guy du Repaire
« Nous pensons qu’il relève de l’intérêt général de l’Europe de maintenir une politique agricole aussi ambitieuse que celle que nous connaissons actuellement ». En apportant leur contribution au bilan de santé de la PAC, la FRSEA, les JA, la Fédération régionale des coopératives agricoles (FRCA) et la chambre régionale d’agriculture ont affirmé une position commune qui s’articule autour des hommes et de la valeur ajoutée.
Depuis le début de l’année, principalement à l’initiative du syndicalisme, est apparue la nécessité de rappeler que
« les aides PAC sont faites pour réguler les à-coups du marché ». Les quatre partenaires, réunis la semaine dernière, ont synthétisé leurs positions autour de quatre priorités.
Ils estiment en premier lieu que la régulation des marchés procède d’une volonté de double assurance: celle des producteurs qui doivent pouvoir être à l’abri d’un effondrement des cours qui, dans leur chute, entraînerait les entreprises. Mais ils estiment aussi que la gestion du marché  n’est pas un outil au service des seuls agriculteurs. Ils servent aussi les consommateurs en les mettant à l’abri d’une hausse du prix des produits agricoles ou agro-alimentaires.
L’intérêt général rencontre aussi celui de l’agriculture en matière d’aléas climatiques, sanitaires, de surproduction. L’assurance récolte, les instruments fiscaux…, permettent aux agriculteurs de constituer des dotations en ce sens.
La troisième priorité de la région concerne la mise en place de « mécanismes de transferts et de solidarités ». Chacun a à l’esprit en ce moment la situation difficile que connaissent les éleveurs d’ovins, par exemple, et au profit de qui doit se mettre en place cette solidarité.
Enfin, le consensus doit se faire, estime la région, autour de la reconnaissance des handicaps de certains territoires, avec des politiques « différenciées ». Philippe Moinard, président de la FRSEA à l’initiative de cette rencontre, va plus loin. Après avoir lancé l’idée de la priorité aux hommes et aux territoires, il propose des DPU progressifs sur les premiers hectares cultivés, et de DPU dégressifs sur les suivants. Il lance ainsi le débat pour reconnaître et rémunérer le travail de ceux qui travaillent dans les exploitations.
G.R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité