Aller au contenu principal
Font Size

Festiv’agri Lezay
Plus jamais de mois de juin sans le Festiv’agri Lezay

La première édition du Festiv’agri Lezay a mobilisé un large public de professionnels. Dimanche, la fréquentation par le grand public a satisfait les organisateurs.

Samedi après-midi, alors que blondes d’Aquitaine (81 animaux) et prim’holsteins (30 vaches et 100 génisses) défilaient sur les rings, le public professionnel se massait dans l’allée centrale du marché de Lezay.
Samedi après-midi, alors que blondes d’Aquitaine (81 animaux) et prim’holsteins (30 vaches et 100 génisses) défilaient sur les rings, le public professionnel se massait dans l’allée centrale du marché de Lezay.
© C. P.
«Samedi 9 juin, dans les allées du Festiv’agri Lezay, partenaires, éleveurs, organisateurs... tout le monde reconnaissait la légitimité des manifestations à consonance agricole. La fréquentation professionnelle de ce premier jour confirmait l’intérêt que porte le monde de l’élevage à ces rendez-vous. En fin de matinée alors que la race blonde d’Aquitaine tenait son concours régional et alors que tout au long de l’après-midi les prim’holsteins  défilaient sur le second ring, les amateurs de génétique  étaient massés dans l’allée centrale. Sans bouger, d’un simple mouvement de tête, ils  pouvaient apprécier la qualité des animaux exposés.
« Les éleveurs ont bien préparé leurs bêtes, notait satisfait Joannick Moussard, représentant de la race blonde d’Aquitaine. L’organisateur du concours d’animaux de race à viande soulignait la qualité du lieu. « La structure est adaptée à ce type de manifestation. Le concours se passe dans des conditions de confort et de sécurité appréciables. » Un seul bémol pour le responsable, la sono. « Il y a là quelques progrès à faire », évoque-t-il sans plus insister. 
Côté race laitière, la satisfaction était également à son comble. Le site et la présentation, de qualité, ont fait de ce rendez-vous une réussite. L’effectif inférieur aux promesses d’inscription n’a pas gâché la fête. Trente vaches ont finalement participé au concours départemental et 100 génisses ont défilé à l’occasion du Lezay Star Show. Cet événement, déjà programmé pour l’édition 2013, est porteur d’espoir.
« C’est une approche un peu différente des concours. Il y a assurément par ce biais le moyen de ramener des éleveurs dans les concours », estime Sébastien Baudelet, responsable du marché agricole au Crédit Mutuel, croisé au détour d’une allée.
Mobilisés pour la remise des coupes, les nombreux partenaires financiers de la manifestation - « 46 sponsors », se réjouit Bernard Proust, responsable du marché de Lezay - ont témoigné de l’intérêt qu’ils portent aux filières d’élevage,
« source de dynamisme économique dans les territoires », affirmait Jacques Ruchaud, du CERFRANCE Poitou-Charentes. Tous volontaires pour soutenir le monde agricole à l’occasion de ces rendez-vous qui allient événement professionnel et grand public, ils se placent sur la réserve à l’évocation de rendez-vous qui se multiplieraient. Nombreux assurent pouvoir s’inscrire en soutien à un ou deux événements par an. Plus, leur semble économiquement difficile.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité