Aller au contenu principal

Préserver ses prairies face à la sécheresse

Face à l’augmentation annoncée des sécheresses, il faut gérer l’urgence et repenser son système pour les années futures. Des solutions sont possibles, à court terme, avec les intercultures, et à long terme, en choisissant bien les espèces adaptées lors de ressemis de prairie.

© Gnis

Pour l’instant, la priorité des exploitants face à la sécheresse est de gérer l’urgence, c’est-à-dire préserver les prairies en place. Il convient d’abord de ne pas les dégrader par le surpâturage. Si c’est le cas, il est préférable de concentrer les animaux sur une petite surface et de les affourrager. Un pâturage trop ras épuise la plante de ses réserves glucidiques, réduit la surface foliaire et pénalise fortement le redémarrage de la croissance dès le retour de la pluie. Le surpâturage entraîne aussi la nanification de certaines graminées qui est irréversible. Quelques espèces cessent de produire mais ne meurent pas, comme le ray-grass anglais. D’autres meurent comme la fétuque des prés ou les pâturins.
Lorsque la végétation cesse de pousser, le sol continue de libérer de l’azote qui s’accumule et qui sera disponible dès le retour des pluies. Il n’est donc pas utile de s’empresser de donner un apport azoté. Il est même possible de s’en abstenir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité