Aller au contenu principal

Protéger l’élevage pour empêcher le virus de la VHD de pénétrer

François et Sylvie Martin ont renforcé les mesures de biosécurité sur leur exploitation. En début d’année, ils ont subi un épisode sévère de VHD variante.

François et Sylvie Martin, Julie Fontaine le vétérinaire de l’élevage (cabinet Fili@vet) et Agnès Guinaudeau, technicienne à la CPLB, prônent, en complément de la vaccination du cheptel reproducteur, les mesures de biosécurité pour protéger les élevages contre la VHD variante.
François et Sylvie Martin, Julie Fontaine le vétérinaire de l’élevage (cabinet Fili@vet) et Agnès Guinaudeau, technicienne à la CPLB, prônent, en complément de la vaccination du cheptel reproducteur, les mesures de biosécurité pour protéger les élevages contre la VHD variante.
© C.P.

Sur fond de crise économique, une épizootie de VHD, maladie hémorragique du  lapin dont une variante, la RHDV2, est active sur le territoire français depuis 2010, se développe ces derniers mois. « Le virus est là. Il faut être vigilant », savent François Martin et son épouse Sylvie. Sur leur élevage situé à Vernoux-sur-Boutonne, les éleveurs à la tête d’un atelier dont l’engraissement est conduit en cages plein-air ont sécurisé l’accès aux bâtiments. Une barrière isole l’outil de production dont l’accès leur est réservé. Les intervenants extérieurs ne peuvent y pénétrer sans montrer patte blanche. Il y a un an, les résultats de deux bandes de lapins à l’engraissement ont été affectés par la VHD variante, déclenchant une lourde mortalité des individus.


En janvier, sur une bande de 750 lapins prêts à partir, ils ont perdu en deux jours environ 130 individus. « Pour la bande suivante, nous avons tout nettoyé, désinfecté et tout en poursuivant la vaccination en maternité, nous avons vacciné les animaux à l’engraissement. Ce travail est très lourd et très coûteux pour des exploitations dont les produits moins consommés subissent une baisse des prix. La pression sur les prix, exercée en 2016 par la distribution, nous a privés de 20 % de marge », expliquent les producteurs.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 23 décembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
Agri-apiculteur, Thomas fait le pont entre deux mondes
Le 19 avril, la coopérative Cavac a annoncé le lancement de son miel Nectar des champs, fruit d’un travail engagé avec quatorze…
Publicité