Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Protéger l’élevage pour empêcher le virus de la VHD de pénétrer

François et Sylvie Martin ont renforcé les mesures de biosécurité sur leur exploitation. En début d’année, ils ont subi un épisode sévère de VHD variante.

François et Sylvie Martin, Julie Fontaine le vétérinaire de l’élevage (cabinet Fili@vet) et Agnès Guinaudeau, technicienne à la CPLB, prônent, en complément de la vaccination du cheptel reproducteur, les mesures de biosécurité pour protéger les élevages contre la VHD variante.
François et Sylvie Martin, Julie Fontaine le vétérinaire de l’élevage (cabinet Fili@vet) et Agnès Guinaudeau, technicienne à la CPLB, prônent, en complément de la vaccination du cheptel reproducteur, les mesures de biosécurité pour protéger les élevages contre la VHD variante.
© C.P.

Sur fond de crise économique, une épizootie de VHD, maladie hémorragique du  lapin dont une variante, la RHDV2, est active sur le territoire français depuis 2010, se développe ces derniers mois. « Le virus est là. Il faut être vigilant », savent François Martin et son épouse Sylvie. Sur leur élevage situé à Vernoux-sur-Boutonne, les éleveurs à la tête d’un atelier dont l’engraissement est conduit en cages plein-air ont sécurisé l’accès aux bâtiments. Une barrière isole l’outil de production dont l’accès leur est réservé. Les intervenants extérieurs ne peuvent y pénétrer sans montrer patte blanche. Il y a un an, les résultats de deux bandes de lapins à l’engraissement ont été affectés par la VHD variante, déclenchant une lourde mortalité des individus.


En janvier, sur une bande de 750 lapins prêts à partir, ils ont perdu en deux jours environ 130 individus. « Pour la bande suivante, nous avons tout nettoyé, désinfecté et tout en poursuivant la vaccination en maternité, nous avons vacciné les animaux à l’engraissement. Ce travail est très lourd et très coûteux pour des exploitations dont les produits moins consommés subissent une baisse des prix. La pression sur les prix, exercée en 2016 par la distribution, nous a privés de 20 % de marge », expliquent les producteurs.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 23 décembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité