Aller au contenu principal

Protéger l’élevage pour empêcher le virus de la VHD de pénétrer

François et Sylvie Martin ont renforcé les mesures de biosécurité sur leur exploitation. En début d’année, ils ont subi un épisode sévère de VHD variante.

François et Sylvie Martin, Julie Fontaine le vétérinaire de l’élevage (cabinet Fili@vet) et Agnès Guinaudeau, technicienne à la CPLB, prônent, en complément de la vaccination du cheptel reproducteur, les mesures de biosécurité pour protéger les élevages contre la VHD variante.
François et Sylvie Martin, Julie Fontaine le vétérinaire de l’élevage (cabinet Fili@vet) et Agnès Guinaudeau, technicienne à la CPLB, prônent, en complément de la vaccination du cheptel reproducteur, les mesures de biosécurité pour protéger les élevages contre la VHD variante.
© C.P.

Sur fond de crise économique, une épizootie de VHD, maladie hémorragique du  lapin dont une variante, la RHDV2, est active sur le territoire français depuis 2010, se développe ces derniers mois. « Le virus est là. Il faut être vigilant », savent François Martin et son épouse Sylvie. Sur leur élevage situé à Vernoux-sur-Boutonne, les éleveurs à la tête d’un atelier dont l’engraissement est conduit en cages plein-air ont sécurisé l’accès aux bâtiments. Une barrière isole l’outil de production dont l’accès leur est réservé. Les intervenants extérieurs ne peuvent y pénétrer sans montrer patte blanche. Il y a un an, les résultats de deux bandes de lapins à l’engraissement ont été affectés par la VHD variante, déclenchant une lourde mortalité des individus.


En janvier, sur une bande de 750 lapins prêts à partir, ils ont perdu en deux jours environ 130 individus. « Pour la bande suivante, nous avons tout nettoyé, désinfecté et tout en poursuivant la vaccination en maternité, nous avons vacciné les animaux à l’engraissement. Ce travail est très lourd et très coûteux pour des exploitations dont les produits moins consommés subissent une baisse des prix. La pression sur les prix, exercée en 2016 par la distribution, nous a privés de 20 % de marge », expliquent les producteurs.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 23 décembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité