Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Rentrée sans encombre pour l'enseignement agricole

Même s'il est trop tôt pour donner des chiffres précis, c'est une rentrée sous le signe de la stabilité qui s'annonce pour l'enseignement agricole du Poitou-Charentes.

Philippe de Guénin a inauguré le nouvel internat du lycée de Venours, mardi soir, en présence de Jean-François Macaire.
Philippe de Guénin a inauguré le nouvel internat du lycée de Venours, mardi soir, en présence de Jean-François Macaire.
© N.C.

Ce n'est pas faute d'avoir cherché, mais les couacs de rentrée n'ont pas été nombreux dans les établissements agricoles du Poitou-Charentes. « A Saintes, on a dû gérer une augmentation très importante d'élèves en seconde. On est passé de deux classes de 30 à 3 classes de 30 », finit par lâcher Philippe de Guénin. Le directeur régional de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, se félicite de cette rentrée qui s'est donc déroulée de façon sereine. Pour mémoire, il fait office de recteur pour les 14 lycées agricoles, les 5 centres de formation d'apprentis, les 9 centres de formation professionnelle, les 5 établissements privés d'enseignement agricole à temps plein, les 30 établissements privés du réseau des Maisons familiales et rurales et du centre de formation d'apprentis des MFR. Un réseau très dense qui regroupe un peu moins de
8 000 élèves. Un nombre d'élèves qui devrait être en très légère baisse par rapport à l'année dernière, en raison de la fin du « double flux » dans les filières « services » et « hippiques ». Cette réforme de la voie professionnelle a modifié la durée du cursus, qui est passé de quatre à trois ans. « Nous allons revenir aux effectifs que nous avions avant le début de cette réforme » lance Jean-François Diot, directeur de la Fédération régionale des MFR de Poitou-Charentes. Les maisons familiales et rurales de la région sont en effet très concernées par cette réforme, puisque 23 des 30 MFR du Poitou-Charentes sont spécialisées dans les filières de services. Pour ces maisons familiales et rurales, la réforme s'est finalement passée sans difficulté. « Nous avons trois ouvertures de formation en apprentissage : une seconde production végétale et une formation bac + 4 responsable d'établissement de l'économie sociale », à Cherves Richermont (16) ainsi qu'un CAP agent de propreté à Chevanceaux (17).» Depuis des années, les MFR ont fait le choix de s'ouvrir à l'apprentissage et de passer des MFR agricoles à des MFR des métiers du monde rural. A noter que les quelque 623 salariés des MFR de la région, qui étaient sur le pont cette semaine pour la rentrée, vont également devoir travailler à l'organisation des 80 ans du réseau national des MFR. Cet événement se tiendra en juin 2017 en Poitou-Charentes. Le choix du lieu précis (Poitiers, Angoulême ou La Rochelle) se fera d'ici la fin de l'année.
Outre cette baisse mécanique, les établissements agricoles, publics comme privés, ne semblent pas avoir de difficulté particulière à « recruter » des élèves. Un engouement que le Draaf attribue à la large carte de formations (de la 4e à l'enseignement supérieur court), à un cadre d'étude convivial, à une pédagogie innovante et à une très bonne insertion professionnelle. Les résultats de la dernière session d'examens étaient d'ailleurs particulièrement bons, puisque tous examens confondus (Bac Pro, Bac Techno, Bepa, Btsa, Capa et Bac S), le taux de réussite était de 83 %. Des examens qui en moyenne, permettent de décrocher un emploi assez rapidement, puisque le taux net moyen d'emploi à sept mois est de 66,6 %. Pour le Btsa, à 33 mois, il est de 93,5 %, pour le Bac Pro de 86,8 %, et pour le Capa de 68,7 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Publicité