Aller au contenu principal
Font Size

Filière cunicole
Seul un accord interprofessionnel peut permettre de sortir de la crise

Réunie à La Verrie, en Vendée, le 30 novembre, la filière cunicole du Grand Ouest à tirer la sonnette d'alarme face aux coûts de production.

.
.
© DR
Les chiffres de la filière sont alarmants : un éleveur en rythme de croisière voit son revenu divisé par trois depuis quelques mois. Hausse du coût des matières premières, légère surproduction, prix payés aux producteurs inchangés, les raisons de cette crise sont nombreuses mais les solutions semblent être difficiles à trouver. Alors est-ce la faute aux abattoirs qui n’arrivent pas à faire passer de hausse aux GMS ? Les opérateurs répondent tous de la même façon : « Nous pourrons augmenter les prix lorsque les producteurs auront baissé leur volume de production. C’est seulement dans une situation de pénurie que nous avons une marge de manœuvre auprès de la grande distribution ».
Mais depuis plusieurs années, les producteurs font déjà cet effort de régulation de la production. « Nous l’avons d’ailleurs fait tout particulièrement cet été avec une réduction des volumes de 12 % », a précisé Michel Pouplin, président de la Fenalap. Afin que les éleveurs retrouvent un niveau de revenu correct, l’augmentation du prix de vente devrait être de seulement 30 centimes d’euros le kilo. Mais pour les abattoirs « cette somme n’est pas dérisoire quand on sait que la grande distribution applique des coefficient de 1,4 à 1,5 et que le lapin ne représente qu’un volume très restreint dans l’ensemble du panel des viandes ».

Possible accord interprofessionnel
Depuis quelques semaines, le projet de mise en place d’un accord interprofessionnel de prix et de maîtrise de la production est en négociation. Jusqu’alors aucun consensus n’a été trouvé entre Fenelap et FIA (Fédération des industries avicoles). Une réunion au sein de l’interprofession est prévue le 13 décembre prochain. Jean-Yves Galipaud, président de la section cunicole de la FRSEA des Pays de la Loire a conclu le débat en menaçant que « sans accord, les cuniculteurs seront contraints et forcés de diriger leurs actions vers les opérateurs finaux de la filière, autrement dit vers les abatteurs et la grande distribution ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité