Aller au contenu principal

Soigner les semis de légumineuses

Du fait de la taille des graines et de leurs faibles réserves, les semis des légumineuses sont une étape clé pour une mise en place de l'appareil racinaire et végétatif la plus rapide possible.

Les légumineuses ont pour avantage la fixation symbiotique, 
le transfert de fertilité et la richesse en protéines.
Les légumineuses ont pour avantage la fixation symbiotique,
le transfert de fertilité et la richesse en protéines.
© N.C.

Un des leviers pour améliorer l'autonomie protéique et fourragère des exploitations consiste à introduire des légumineuses fourragères et prairiales dans les systèmes fourragers. Leur implantation est une étape cruciale pour la réussite de la culture. « Les performances de production, de pérennité, de résistance aux adventices et maladies d'une luzernière ou d'une prairie multi-espèces sont conditionnées par la vitesse d'installation des plantes et du développement du système racinaire après le semis », indique Pierre-Vincent Protin d'Arvalis lors des journées AFPF (Association française pour la production fourragère) 2016.
D'un point de vue agronomique, les atouts des légumineuses peuvent se résumer en trois points essentiels : la fixation symbiotique, le transfert de fertilité et la richesse en protéines. Leur intérêt nutritionnel se caractérise également par une ingestibilité et des quantités ingérées à volonté plus élevées que les graminées. L'introduction de légumineuses dans les assolements va avoir des conséquences sur la productivité et l'efficience des systèmes, sur leurs impacts environnementaux et, au final, sur l'économie de l'exploitation.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 20 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité