Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Chronique de l’herbe
Sortir les animaux tôt dans la saison facilite la conduite au printemps

La mise au pâturage a débuté le 10 mars dernier chez Daniel Juin à Beaulieu-sous-Parthenay.

Daniel Juin élève 80 vaches allaitantes parthenaises en système naisseur-engraisseur à Beaulieu-sous-Parthenay.
Daniel Juin élève 80 vaches allaitantes parthenaises en système naisseur-engraisseur à Beaulieu-sous-Parthenay.
© G. H.

L’exploitation de Daniel Juin est composée de 85 ha dont 75 ha en herbe. Les vêlages ont lieu à partir du mois d’octobre sur trois mois. Daniel a pu sortir les premières vaches le 10 mars cette année, puisqu’à l’automne dernier il a drainé 15 ha de prairies. Jusqu’à cette année, l’agriculteur qui suit la formation « Gagner de l’herbe au printemps » ne pouvait sortir ses animaux qu’à partir du 20 avril. Le drainage lui permet de profiter plus tôt de l’herbe et surtout il n’est pas dépassé par l’herbe au cours du printemps. La pousse de l’herbe est mieux maîtrisée et il peut l’anticiper. En faisant pâturer  tôt, le décalage de ses différentes parcelles s’est établi rapidement.
Aujourd’hui, il ne regrette en aucun cas cette sortie précoce. «  Si je n’avais pas sorti les animaux tôt j’aurais perdu l’herbe dans mes parcelles drainées car elles ne pouvaient pas être fauchées. »

Des lots affectés à des parcelles
A chaque îlot de parcelles il a affecté des lots de vaches ou de  génisses. Dans son prévisionnel réalisé en février, le chargement est de 35 ares par équivalent vache et veau. Et il a décidé de redécouper des parcelles. Son lot de 15 vaches pâture actuellement sur une surface de 6,5 ha cloisonnée en 6 petites parcelles. Les années antérieures, depuis la conversion de l’atelier lait vers un atelier bovin viande, Daniel ne pratiquait plus le pâturage tournant, ses parcelles n’étaient pas découpées.
« Maintenant je reviens à ce que je faisais quand j’avais mes vaches laitières avec des parcelles découpées », se rappelle-t-il. Une partie des prairies est composée de mélange de ray-grass anglais, trèfle. Malgré les passages de la draineuse encore visibles, la prairie est de très bonne qualité avec un couvert très homogène. Les prairies destinées au pâturage ne reçoivent aucun apport de matière organique et minéral, ces apports sont réservés aux parcelles prévues pour la fauche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Publicité