Aller au contenu principal

Un fonds d’assainissement régional applicable depuis le 1er janvier

Depuis le 1er janvier 2019, les montants de participation sont fixés à 5 euros pour les femelles de races blonde d’Aquitaine ou parthenaise, et à 2 euros pour tous les autres animaux : mâles de races blonde d’Aquitaine et parthenaise, et animaux des autres races.

© Interbev N-A

Le Fonds d’assainissement régional (FAR), caisse de péréquation intervenant lors de saisies en abattoir, a évolué au 1er janvier 2019, dans la continuité des FAR existants sur les territoires d’Aquitaine et de Poitou-Charentes. En effet, pour une cohérence sur l’ensemble de la région, le conseil d’administration d’Interbev Nouvelle-Aquitaine a validé à l’unanimité les évolutions d’un accord interprofessionnel régional instaurant les règles de fonctionnement d’un FAR Nouvelle-Aquitaine.
Pour rappel, le FAR constitue une caisse de solidarité intervenant pour certaines saisies en abattoir afin de mutualiser la perte financière de motifs dits aléatoires et immaîtrisables. Ce fonds de solidarité concerne les gros bovins de plus de 8 mois.

En pratique
Depuis le 1er janvier 2019, les montants de participation sont fixés à 5 euros pour les femelles de races blonde d’Aquitaine ou parthenaise, et à 2 euros pour tous les autres animaux : mâles de races blonde d’Aquitaine et parthenaise, et animaux des autres races.
Ce sont les opérateurs conventionnés qui établissent les demandes auprès d’Interbev Nouvelle-Aquitaine. Après instruction et validation, une prise en charge à hauteur de 40 % de la perte financière sera réalisée sous forme d’acompte. En fin d’année, en fonction de la trésorerie du fonds de solidarité, un solde sera versé.

La vocation d’assainissement
Le FAR a également des missions d’assainissement afin de mieux connaître les vecteurs des principales causes sanitaires de dépréciation des carcasses. Des actions pour limiter les causes et les effets des saisies peuvent être mises en place à l’instar de ce qui est mené actuellement sur la myosite éosinophilique. Entre la solidarité et l’assainissement, l’ensemble des sommes perçues est donc utilisé, le FAR n’ayant pas vocation à réaliser de bénéfices.
Pour la mise en place du FAR, aucun conventionnement n’a lieu avec l’éleveur. Tout éleveur intéressé par ce système de solidarité doit interroger son opérateur commercial pour qu’il intègre le fonctionnement du FAR grâce à un conventionnement avec Interbev Nouvelle-Aquitaine.

Renseignements auprès d’Interbev Nouvelle-Aquitaine au 05 57 85 40 10.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
Agri-apiculteur, Thomas fait le pont entre deux mondes
Le 19 avril, la coopérative Cavac a annoncé le lancement de son miel Nectar des champs, fruit d’un travail engagé avec quatorze…
Publicité