Aller au contenu principal

Un jardin d’hiver pour protéger les canards de la grippe aviaire

En cas de risque élevé d’influenza aviaire, les canards à l’engraissement devront être confinés. Ils auront seulement accès à un auvent jouxtant le bâtiment principal. Des travaux et des coûts, comme en témoigne Jean-Baptiste Rotureau.

Michel Fruchet, directeur de Val de Sèvre, et Jean-Baptiste Rotureau, éleveur, dans le nouveau 
bâtiment qui répond aux exigences de protection contre le virus de la grippe aviaire.
Michel Fruchet, directeur de Val de Sèvre, et Jean-Baptiste Rotureau, éleveur, dans le nouveau
bâtiment qui répond aux exigences de protection contre le virus de la grippe aviaire.
© G.R.

Véritable fléau pour les élevages, la grippe aviaire a conduit les pouvoirs publics à prendre des mesures de protection des élevages. Jean-Baptiste Rotureau, à Nueil-les-Aubiers, se voit contraint de respecter la réglementation, comme tous les adhérents de Val de Sèvre, le leader régional du foie gras. Installé depuis 2003, il est à la fois prégaveur de 63 000 canards par an dans deux bâtiments et gaveur avec 1 240 places, en plus de son troupeau de 30 vaches allaitantes.
Depuis 2016, les éleveurs doivent travailler en bande unique avec sas sanitaire que la coopérative avait anticipé dès 2008. Les bandes uniques sont devenues systématiques « pour faire de réels vides sanitaires ». Ils sont fixés à trois semaines entre le départ d’une bande et l’arrivée de l’autre, avec désinfection dans les quatorze premiers jours. Sur un même site, les vides sanitaires se font simultanément, comme chez Jean-Baptiste.
« À Val de Sèvre, l’ADN du prêt à gaver, c’est le plein-air. Et pour cela, on fait du bâtiment ! », s’amuse Michel Fruchet, le directeur de la coopérative.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité