Aller au contenu principal
Font Size

« une nappe haute déborde dans les rivières »

Autant que la question du volume, Pierre Lacroix, président de la fédération départementale de la pêche, veut que l’on se pose la question « pour quoi faire ?»

La lutte en Deux-Sèvres est conduite entre « acteurs intelligents », pose en préalable Pierre Lacroix. Le président départemental de la pêche reconnaît l’ouverture « des cultivateurs » qui depuis 20 ans « contraints et forcés ont accepté une baisse des volumes d’eau » qui reste toutefois insuffisante à ses yeux. « On a l’impression chaque année, compte tenu des nombreux assecs constatés, que les nappes ne se reconstituent pas. Dans un tel contexte, comment accepter la création de réserves de substitution qui permettraient de maintenir les volumes d’eau dédiés à l’irrigation ? »
Réfutant les résultats des analyses du BRGM qui, mi-août, faisaient état sur le bassin Adour-Garonne « d’un niveau des nappes globalement au-dessus des valeurs moyennes », le responsable associatif appelle à s’en tenir aux observations de terrain. Pour le pêcheur, « une nappe haute est une nappe qui déborde dans les rivières » quoi qu’en disent les scientifiques. « Nous pensons au titre de l’expérience que le milieu ne peut tolérer, sur une année complète, des prélèvements qui soient supérieurs à 10-12 millions de mètres cubes sur la Sèvre niortaise ».
Pierre Lacroix propose d’entrer sur le dossier par une autre voie que celle de la quantité. « Autant que la question du volume, il faut se poser la question de ce que l’on veut en faire ? Si c’est pour développer une agriculture intensive, consommatrice de pesticides, alors, c’est non »

http://www.agri79.fr/actualites/l-usage-collectif-et-mutualise-de-l-eau-repond-a-l-interet-general:C01MONP2.html

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité