Aller au contenu principal
Font Size

Une partie des Deux-Sèvres en zone de surveillance de la FCO

Après un premier cas de FCO identifié le 11 septembre dans l'Allier, suivi d’autres cas dans la Creuse, le Puy-de-Dôme et l'Allier, la zone réglementée en matière de lutte contre la FCO a été étendue en fin de semaine dernière aux Deux-Sèvres.

Source préfecture des Deux-Sèvres - 23 septembre 2015
Un nouveau zonage est annoncé pour cette fin de semaine.
Source préfecture des Deux-Sèvres - 23 septembre 2015
Un nouveau zonage est annoncé pour cette fin de semaine.
© Préfecture des Deux-Sèvres

Bien qu'à ce jour, aucun cas de fièvre catarrhale n'ait été identifié en Poitou-Charentes, trois départements sont concernés depuis le 17 septembre par la zone réglementée : zone de protection ou zone de surveillance. Ces zones correspondent à un périmètre de 100 km de rayon autour des foyers pour la zone de protection et à un périmètre de 150 km de rayon autour des foyers pour la zone de surveillance.
En Deux-Sèvres, 32 communes sont en zone de surveillance (voir carte ci-jointe). En Vienne la quasi-totalité du département est en zone réglementée (protection ou surveillance) à l'exception de l'extrême nord-ouest. En Charente, 9 communes sont en zone de protection et 153 en zone de surveillance. Toute la Charente-Maritime est en zone indemne. Un nouveau zonage est annoncé pour le 24 ou le 25 septembre.

Mouvements réglementés des ruminants
« Les GDS sont à la disposition des éleveurs pour les renseigner sur les mouvements interdits et/ou autorisés sur le territoire national », précise le GDS Poitou-Charentes. « Pour les mouvements d’animaux vers les pays de l'UE, les échanges d'animaux détenus depuis plus de trente jours en zone indemne sont autorisés. Pour les animaux actuellement détenus en zone indemne depuis moins de trente jours et dont la zone d'origine est devenue réglementée après leur départ, une PCR devra être réalisée en complément, au moins quatorze jours après le départ des animaux de la zone réglementée, pour pouvoir partir aux échanges ».
Pour les animaux actuellement détenus en zone réglementée,
« seuls les animaux vaccinés peuvent partir aux échanges soit :
- soixante jours après la fin du protocole vaccinal (c'est-à-dire après la 2e injection pour les bovins) ;
- ou trente-cinq jours après la fin du protocole vaccinal sous réserve d'une PCR négative réalisée à l'issue de cette période de 35 jours ».
« Des protocoles bilatéraux sont en cours de discussion avec nos partenaires commerciaux européens (Italie, Espagne) afin d’alléger les conditions d'échanges des animaux vivants », poursuit le GDS Poitou-Charentes. Quant aux exportations vers les pays tiers, « elles  sont conditionnées aux mentions indiquées dans les certificats sanitaires correspondants. Contacter votre DD(CS)PP pour plus d’informations ».


Plus d’informations sur www.gds-poitou-charentes.fr,  http://www.fcoinfo.fr/, http://agriculture.gouv.fr/

En bref

En Deux-Sèvres sont en zone surveillance, les communes de : Les Alleuds Avon, Bougon, Caunay, La Chapelle-Pouilloux, Chenay, Chey, Clussais-La-Pommeraie, Doux, Exoudun, Les Forges, Hanc, Lezay, Limalonges, Lorigné, Mairé-Lévescault, Melleran, Messé, Montalembert, Pamproux, Pers, Pioussay, Pliboux, Rom, Saint-Coutant, Saint-Germier, Sainte-Soline, Saint-Vincent-La-Châtre, Sauzé-Vaussais, Vancais, Vanzay, Vasles.
L’Etat a mis en place une surveillance virologique dans 60 élevages par région administrative. Dans chaque élevage, les vétérinaires réaliseront 30 prélèvements, pris en charge par l’Etat. L'objectif de cette surveillance est de détecter l'éventuelle présence du virus et sa répartition au niveau national et ainsi décider de la meilleure stratégie à adopter selon l'ampleur de l'infection. Les résultats devraient être connus début octobre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité