Aller au contenu principal

Elevage info
Vêlages groupés : soigner son rétro-planning

L’objectif étant de ne pas retarder la mise à l’herbe, c’est donc les premiers jours d’avril qui déterminent le rétro-planning et structurent les périodes clés.
© DR

Pour limiter l’étalement des vêlages, il faut tout simplement limiter la période de reproduction. Cela signifie qu’il faut mettre en oeuvre les pratiques permettant de la réussir, notamment en bâtiment. Une alimentation différenciée (flushing) sur la période de reproduction, par exemple du 20 décembre au 28 février, facilitera le regroupement des vêlages à partir du 1er octobre jusqu’à la mi-décembre. Les primipares seront de préférence séparées des multipares en raison des besoins de croissance (encore 10 % de gain de poids). Cette période de reproduction permettra également d’échographier pratiquement toutes les vaches, notamment les dernières début avril, avant de les mettre au pâturage. L’objectif étant de ne pas retarder la mise à l’herbe, c’est donc les premiers jours d’avril qui déterminent le rétro-planning et structurent les périodes clés. Un nombre suffisant de génisses à saillir (25 à 30 %) donnera de la marge de manoeuvre mais il faudra être vigilant sur le poids de celles-ci. Les recommandations sont de 75 % du poids adulte, soit 560 kg vif à 26 mois pour une vache adulte de 750 kg vif. À 15 mois, ce poids doit être de 465 kg pour un vêlage à 24 mois. La connaissance de l’état de la vache certifiée vide permettra de gérer la mise en finition plus rapidement et de limiter les jours sans production. Ce contrôle peut intervenir à partir de 30-35 jours. Il coûte presque 5 euros, soit environ l’équivalent de 7 à 10 jours de nourriture au pâturage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité