Aller au contenu principal

Doux
Xavier Beulin apporte son soutien aux éleveurs du groupe Doux

Le président de la FNSEA s'est rendu dans les Côtes d'Armor pour apporter son soutien aux éleveurs fragilisés par les difficultés du groupe Doux et trouver des solutions qui permettent la poursuite de l'activité de l'entreprise et celle de ses fournisseurs.

15 000 euros de créances, soit 45 000 poulets impayés, le président de la section avicole de FDSEA Côtes d'Armor, Pierre-Yves Lozahic, est représentatif de la situation des éleveurs du groupe Doux. Il élève des poulets export et des dindonneaux pour le compte de l'entreprise. D'autres sont encore plus exposés. L'une d'entre elles, éleveuse en Pays-de-Loire a accumulé 100 000 euros d'impayés alors qu'elle a des bâtiments à amortir. « Au-delà des dépenses courantes auxquelles nous devons faire face nous avons 8 000 euros à rembourser chaque mois, nous puisons dans nos réserves. Jusqu'à quand ? ». Ils sont 800 dans le groupe à attendre d'être payés pour des lots de poulets et de dindonneaux qu'ils ont élevés. Au-delà des impayés et des retards de paiement s'ajoutent des incertitudes sur les livraisons d'aliments et des menaces sur l'enlèvement des animaux. Ce qu'ils souhaitent tous, c'est la poursuite de l'activité du groupe. Mais pas à n'importe quelle condition. « Garantissons les créances pour reprendre confiance et nous remettrons des poussins dans les élevages », insiste le président de la section avicole de la Mayenne, lui aussi concerné.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité