Aller au contenu principal

Épidémie
Canards des Landes : un deuxième élevage contaminé par l'Influenza aviaire

Deux élevages des Landes sont officiellement touchés. Le virus continue sa progression en Europe.

© Pascal Xicluna - agriculture.gouv.fr

Un nouveau foyer d'influenza aviaire hautement pathogène sur des canards a été confirmé par le laboratoire national de référence de l’Anses dans un élevage situé sur la commune de Saint-Geours de Maremne », a indiqué la préfecture des Landes le 9 décembre, dans un communiqué. C’est le deuxième cas de contamination découvert dans ce département depuis une semaine. L’exploitation concernée est située non loin de la commune de Bénesse-Maremne, où un premier cas avait été confirmé le 6 décembre dans un autre élevage Les services vétérinaires avaient alors décidé de procéder au « dépeuplement préventif », autrement dit à l’abattage préventif des 6 500 canards de l’exploitation. Pour tenter d’isoler la progression de ce virus qui n’est pas transmissible à l’homme, la préfecture a placé une quarantaine de communes dans une « zone de protection » (3 km autour du foyer). La survenance de ce deuxième cas fait naître de très vives inquiétudes au sein de la profession avicole.

Par ailleurs, en ce qui concerne la faune sauvage, une oie bernache en Loire-At-lantique et trois cygnes en Meurthe-et-Moselle, découverts morts en fin de semaine dernière, viennent d’être confirmés atteints par le même virus H5N8.

Au 6 décembre inclus, un total de 42 foyers dans le compartiment volaille, huit foyers captifs et 505 cas sauvages ont été confirmés en Europe depuis le 20 octobre. « Les nombreuses confirmations rapportées cette semaine en Allemagne, au Danemark, au Royaume-Uni, en Belgique, en Pologne, aux Pays-Bas, en Irlande, en France et en Norvège [par ordre décroissant du nombre de déclarations sur la dernière semaine] et pour la première fois cette saison en Ukraine confirment la forte dynamique d’infection par des virus H5 hautement pathogènes », est-il indiqué dans le bulletin hebdomadaire de la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale.

Un seul cas de Covid-19 dans l’élevage de visons

En parallèle, dans un communiqué de presse du 9 décembre, le ministère de l’agriculture a indiqué que « les analyses réalisées depuis mi-novembre pour définir le statut sanitaire des quatre élevages de visons français vis-à-vis du virus SARS-COV-2 sont achevées. Un élevage de visons a été entièrement dépeuplé et les trois autres sont aujourd’hui indemnes de SARS-COV-2 ».

Le 22 novembre, un cas de Covid-19 avait été détecté dans un élevage de visons en Eure-et-Loir. L’abattage de la totalité des 1 000 animaux encore présents sur l’exploitation et l’élimination des produits issus de ces animaux avait été ordonné.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité