Aller au contenu principal

Dossier lait de vache

Cyril vient d’intégrer le Gaec La Crétinière. Une installation née d’une rencontre impromptue derrière laquelle les associés ont su voir une opportunité. En 2010, alors le projet prenait vie, Dominique, l'aîné des associés était à 7 ou 8 ans de la retraite.

Dominique Baudu, son fils Ludovic, Lionel Barré et Cyril Drillaud croient en l’avenir de la production laitière en Poitou-Charentes. Ils affichent ostensiblement leur fierté d’être éleveur.
Dominique Baudu, son fils Ludovic, Lionel Barré et Cyril Drillaud croient en l’avenir de la production laitière en Poitou-Charentes. Ils affichent ostensiblement leur fierté d’être éleveur.
© N.C.

À l’époque, les céréales n’étaient pas payées cher. La période était propice à la production laitière », jugent les associés du Gaec La Crétinière. Dominique Baudu, son fils Ludovic et Lionel Barré concrétisaient alors leur envie et confiance en l’avenir en investissant dans un bâtiment neuf. C’était en 2006. L’une des deux années, loin du ressenti des exploitants de Saint- Paul-en-Gâtine, ayant connu la plus grande vague d'arrêts de la décade 2000-2010 selon une enquête réalisée par Agreste Poitou-Charentes (1). « Si nous n’y croyions pas… alors qui y croira ? », posent ceux qui en octobre 2013 accueillaient Cyril Drillaud, 29 ans, dans leur aventure. Quand certains s'interrogent sur le  devenir de la production laitière dans le bassin laitier, les associés du Gaec La Crétinière travaillent à la mise en œuvre d'un outil performant, convaincus de la pérennité des besoins de lait en Poitou-Charentes. « En 2006, Ludovic parlait de s’installer, Lionel et moi (2) avions chacun une quarantaine de bêtes et  400 000 litres de quotas. Nos élevages n’étaient pas aux normes. » Le temps de la réflexion et, les deux exploitations sont réunies, l'installation de Ludovic actée. Un outil de production composé de 120 logettes et d'un roto de 24 postes sort alors de terre. Cet équipement offrait aux entrepreneurs détenteurs de 900 000 litres de quotas laitiers, un potentiel de développement de 400 000 litres environ.

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les poulaillers, une option toujours prisée
Pour sécuriser une trésorerie ou pérenniser un emploi, de nombreux exploitants montent des ateliers volailles en parallèle de…
Publicité