Aller au contenu principal

Dossier lait de vache

Cyril vient d’intégrer le Gaec La Crétinière. Une installation née d’une rencontre impromptue derrière laquelle les associés ont su voir une opportunité. En 2010, alors le projet prenait vie, Dominique, l'aîné des associés était à 7 ou 8 ans de la retraite.

Dominique Baudu, son fils Ludovic, Lionel Barré et Cyril Drillaud croient en l’avenir de la production laitière en Poitou-Charentes. Ils affichent ostensiblement leur fierté d’être éleveur.
Dominique Baudu, son fils Ludovic, Lionel Barré et Cyril Drillaud croient en l’avenir de la production laitière en Poitou-Charentes. Ils affichent ostensiblement leur fierté d’être éleveur.
© N.C.

À l’époque, les céréales n’étaient pas payées cher. La période était propice à la production laitière », jugent les associés du Gaec La Crétinière. Dominique Baudu, son fils Ludovic et Lionel Barré concrétisaient alors leur envie et confiance en l’avenir en investissant dans un bâtiment neuf. C’était en 2006. L’une des deux années, loin du ressenti des exploitants de Saint- Paul-en-Gâtine, ayant connu la plus grande vague d'arrêts de la décade 2000-2010 selon une enquête réalisée par Agreste Poitou-Charentes (1). « Si nous n’y croyions pas… alors qui y croira ? », posent ceux qui en octobre 2013 accueillaient Cyril Drillaud, 29 ans, dans leur aventure. Quand certains s'interrogent sur le  devenir de la production laitière dans le bassin laitier, les associés du Gaec La Crétinière travaillent à la mise en œuvre d'un outil performant, convaincus de la pérennité des besoins de lait en Poitou-Charentes. « En 2006, Ludovic parlait de s’installer, Lionel et moi (2) avions chacun une quarantaine de bêtes et  400 000 litres de quotas. Nos élevages n’étaient pas aux normes. » Le temps de la réflexion et, les deux exploitations sont réunies, l'installation de Ludovic actée. Un outil de production composé de 120 logettes et d'un roto de 24 postes sort alors de terre. Cet équipement offrait aux entrepreneurs détenteurs de 900 000 litres de quotas laitiers, un potentiel de développement de 400 000 litres environ.

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité