Aller au contenu principal

Bovins Croissance
Fiançailles célébrées entre les Deux-Sèvres et la Vendée

Dans une conjoncture incertaine et alors que le contrôle de performance pourrait entrer dans le jeu de la concurrence en janvier 2013, le conseil d’administration des Bovins croissance des Deux-Sèvres et de Vendée envisage la fusion.

Les éleveurs distingués dans le cadre du challenge créé par France Bovins croissance.
Les éleveurs distingués dans le cadre du challenge créé par France Bovins croissance.
© DR

Continuer à accompagner les éleveurs vers de meilleurs résultats est un impératif pour le service Bovins croissance. Dans une conjoncture incertaine et alors que le contrôle de performance pourrait entrer dans le jeu de la concurrence en janvier 2013, les conseils d’administration des Bovins croissance des Deux-Sèvres et de Vendée envisagent la fusion. En assemblée générale le 23 mars, la décision semblait acceptée. Afin de ne laisser personne sur le bord du chemin, Christian Bourdeau a réaffirmé la volonté exprimée de laisser le choix aux adhérents de contractualiser ou non pour une prestation « conseil ». Traditionnellement en Deux-Sèvres, les exploitants optent pour le service de base : pesée assortie de l’édition du bilan génétique (BGTA). « En conséquence un tarif de base restera d’actualité. » Au cours de cet après-midi, les délégués de Bovins croissance faisaient une étape sur l’exploitation de Dominique et Chantal Turpeau. Une visite guidée par le rayonnement du sabot d’or remis au couple d’éleveurs quelques heures plus tôt. La récompense suprême dans le cadre du challenge créé par France Bovins croissance. Un honneur pour Dominique et Chantal qui en optant pour l’insémination artificielle en 1995 choisissaient également d’adhérer au service Bovins croissance. « Le suivi du troupeau par la pesée régulière des animaux permet dévaluer le potentiel génétique. Les critères ainsi exprimés sont indispensables pour faire les bons choix lors des accouplements », juge le lauréat. Voir ce prix attribué à un éleveur du département réjouit Christian Bourdeau, président de Bovins croissance. Au terme d’une année 2010 économiquement difficile, le responsable professionnel porte haut et fort l’intérêt d’investir dans la performance génétique et technique. « Ce sont deux points incontournables pour la rentabilité de nos élevages qu’il ne faut pas négliger. Nous disposons de peu de leviers pour influer sur nos marges. Nous devons tous les actionner. » Selon Dominique Turpeau, le revenu se gagne par la maîtrise technique, et d’autant plus en période d’austérité. Loin des concours pour lesquels il ne se passionne pas, l’éleveur n’a jamais réellement valorisé la génétique de son troupeau. « Nos vaches ont beaucoup de lait », précise le chef d’entreprise. Ce critère, travaillé simultanément au rendement en viande et à la morphologie, favorise une croissance rapide des animaux. « Un atout pour accroître la productivité dans l’élevage. Un vrai facteur de revenu qui aujourd’hui s’ajoute à la vente occasionnelle mais valorisante de produits génétiques. » Les sabots remportés ces deux dernières années offrent à l’élevage une certaine notoriété.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité