Aller au contenu principal

Bovins Croissance
Fiançailles célébrées entre les Deux-Sèvres et la Vendée

Dans une conjoncture incertaine et alors que le contrôle de performance pourrait entrer dans le jeu de la concurrence en janvier 2013, le conseil d’administration des Bovins croissance des Deux-Sèvres et de Vendée envisage la fusion.

Les éleveurs distingués dans le cadre du challenge créé par France Bovins croissance.
Les éleveurs distingués dans le cadre du challenge créé par France Bovins croissance.
© DR

Continuer à accompagner les éleveurs vers de meilleurs résultats est un impératif pour le service Bovins croissance. Dans une conjoncture incertaine et alors que le contrôle de performance pourrait entrer dans le jeu de la concurrence en janvier 2013, les conseils d’administration des Bovins croissance des Deux-Sèvres et de Vendée envisagent la fusion. En assemblée générale le 23 mars, la décision semblait acceptée. Afin de ne laisser personne sur le bord du chemin, Christian Bourdeau a réaffirmé la volonté exprimée de laisser le choix aux adhérents de contractualiser ou non pour une prestation « conseil ». Traditionnellement en Deux-Sèvres, les exploitants optent pour le service de base : pesée assortie de l’édition du bilan génétique (BGTA). « En conséquence un tarif de base restera d’actualité. » Au cours de cet après-midi, les délégués de Bovins croissance faisaient une étape sur l’exploitation de Dominique et Chantal Turpeau. Une visite guidée par le rayonnement du sabot d’or remis au couple d’éleveurs quelques heures plus tôt. La récompense suprême dans le cadre du challenge créé par France Bovins croissance. Un honneur pour Dominique et Chantal qui en optant pour l’insémination artificielle en 1995 choisissaient également d’adhérer au service Bovins croissance. « Le suivi du troupeau par la pesée régulière des animaux permet dévaluer le potentiel génétique. Les critères ainsi exprimés sont indispensables pour faire les bons choix lors des accouplements », juge le lauréat. Voir ce prix attribué à un éleveur du département réjouit Christian Bourdeau, président de Bovins croissance. Au terme d’une année 2010 économiquement difficile, le responsable professionnel porte haut et fort l’intérêt d’investir dans la performance génétique et technique. « Ce sont deux points incontournables pour la rentabilité de nos élevages qu’il ne faut pas négliger. Nous disposons de peu de leviers pour influer sur nos marges. Nous devons tous les actionner. » Selon Dominique Turpeau, le revenu se gagne par la maîtrise technique, et d’autant plus en période d’austérité. Loin des concours pour lesquels il ne se passionne pas, l’éleveur n’a jamais réellement valorisé la génétique de son troupeau. « Nos vaches ont beaucoup de lait », précise le chef d’entreprise. Ce critère, travaillé simultanément au rendement en viande et à la morphologie, favorise une croissance rapide des animaux. « Un atout pour accroître la productivité dans l’élevage. Un vrai facteur de revenu qui aujourd’hui s’ajoute à la vente occasionnelle mais valorisante de produits génétiques. » Les sabots remportés ces deux dernières années offrent à l’élevage une certaine notoriété.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité