Aller au contenu principal

La Covid-19 en Deux-Sèvres : du mieux au niveau économique, du moins bien au niveau sanitaire

Avec un taux de positivité à 235, la situation dans le département continue d’inquiéter les autorités sanitaires. En revanche, la conjoncture économique des entreprises locales est plus favorable qu’au niveau national.

© MSA 44-85

C’est un « plateau haut » qui est atteint depuis plusieurs jours en Deux-Sèvres. Avec un taux d’incidence de 235 cas pour 100 000 personnes et un taux de positivité de plus de 6%, le département fait partie des plus mauvais élèves de Nouvelle-Aquitaine. Et atteint son plus haut niveau depuis le début de l’épidémie. « Il y a des tensions dans les systèmes hospitaliers », constate Laurent Flament, le directeur de la délégation de l’agence régionale de santé (ARS) des Deux-Sèvres. En effet, au 4 février, 120 hospitalisations sont enregistrées et onze personnes sont placées en réanimation. Pour faire face à cette vague, des chirurgies non urgentes vont être déprogrammées dès la semaine prochaine pour dégager des lits et du personnel.

3% de vaccination

En ce qui concerne la vaccination, 3% des Deux-Sévriens ont déjà été vaccinés (avec au moins une injection). La tendance est similaire au pourcentage régional (3,1%), alors que la Nouvelle-Aquitaine est la deuxième région de France sur cette question-là. « On pense pouvoir ré-ouvrir des créneaux à la vaccination début mars, alors que le département va être livré en vaccins Astra Zeneca d’ici quelques jours, qui seront destinés au personnel soignant, et en vaccins Moderna mi-février », précise le responsable.

Des règles renforcées en milieu scolaire

En attendant, la vigilance est de mise, en absence de confinement. Les règles se sont durcies nationalement lundi dernier avec la sortie d’un nouveau protocole sanitaire dans les écoles et les collèges, introduisant notamment le risque du variant anglais. Ainsi, une seule détection de cas déclenche la mise à l’isolement de toute la classe (contre l’apparition de trois cas, hors fratrie, auparavant). « Preuve que les autorités s’adaptent vite à l’évolution de la situation et se montrent très vigilantes », souligne Emmanuel Aubry, le préfet des Deux-Sèvres.

Les contrôles de police sont également renforcés. Il y en a eu 8000 depuis le 16 janvier, avec un taux de verbalisation de 10%.

De meilleurs résultats économiques qu'au niveau national

Sur le front de l’économie, malgré des chiffres en berne, les Deux-Sèvres s’en sortent mieux que les autres. La direction départementale des finances publiques (DDFIP) présente une baisse de 4,8% du chiffre d’affaires des entreprises départementales sur les onze premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2019. La baisse régionale est de 5,4% et la baisse nationale de 7,35%. Les secteurs les plus impactés sont sans surprise la restauration-hébergement (-21%), les arts et spectacles (-19%) ou encore l’immobilier (-14%). L'institut publique alerte néanmoins sur le contrecoup qui risque de survenir en 2021, les aides protégeant les commerces pour 2020.

Au 4 février, 43 millions d’euros émanant du fonds de solidarité ont été versés à 6967 entreprises locales alors que 16,26 millions d’euros supplémentaires ont été utilisés pour des reports d’échéances et de délai de paiement. La DDFIP rappelle que le formulaire d’aide est en ligne sur le site impots.gouv.fr et qu’une ligne a été mise en place pour répondre aux questions au 0806 000 245.

 

Chaque année, une enveloppe de crédits spécifiques à la politique de la ville de 340 000 euros sont provisionnés en Deux-Sèvres. En 2020, elle aura permis
- L’emploi de huit postes d’adultes relais de médiation sociale
- Le soutien financier de six postes pour le fonds jeunesse et éducation populaire
- L’abattement de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFBP) pour près de 3400 logements sociaux
- La mise en place de 35 emplois francs depuis le 1er janvier 2020
Pendant la crise sanitaire, des moyens supplémentaires ont été mis en place avec une aide de 176 000 euros pour une vingtaine de structures et l’emploi de cinq nouveaux médiateurs.

Pour rappel, les Deux-Sèvres comptent cinq quartiers prioritaires regroupant 7887 habitants :
- Le Clou bouchet (agglo de Niort)
- La tour chabot gavacherie (agglo de Niort)
- Le Pontreau-colline Saint-André (agglo de Niort)
- La Valette (aglo du Bocage bressuirais)
- Les Capucins (Thouars)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
Gâtine, Deux-Sèvres, qualité des eaux, prairie, élevage
Pour la qualité de l’eau, la société a besoin de l’élevage
Communication, mais également expérimentations : les syndicats des eaux et le Pays de Gâtine s’engagent pour maintenir l’élevage…
Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
Publicité