Aller au contenu principal

Le bœuf de race parthenaise à la découverte de son potentiel

Un travail pour réduire la dépendance d’élevages de parthenaises au taurillon et à l’export est actuellement en cours.

La phase d’étude, qui s’étale jusqu’au mois de septembre, bénéficie de nombreux financements, dont celui de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine.
La phase d’étude, qui s’étale jusqu’au mois de septembre, bénéficie de nombreux financements, dont celui de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine.
© Pascal Bisson

Les premiers résultats présentés à la presse jeudi 10 mars « sont prometteurs » et la communication va en ce sens. Autour de la table, la chambre d’agriculture, l’organisme de sélection (OS), le label, la SCA la parthenaise, la société des viandes des éleveurs de Parthenay (Svep) et la communauté de communes étaient représentés. Arnault Gatignon, au nom de la Svep, souligne : « toute la filière s’implique », pour ce projet, initié en septembre 2013 après un an et demi de réflexion. L’objectif est de vérifier l’intérêt de mettre en place une production de bœufs à l’échelle d’élevage de parthenaises comme à celle de l’économie locale.
Dans cette phase expérimentale, « nous suivons cinq élevages qui castrent trois à six animaux », explique Pascal Bisson, de la chambre d’agriculture. Parallèlement à la pertinence de la production, le projet évalue donc l’opportunité commerciale. Les producteurs, qui cherchent à savoir s’il est possible de « valoriser autrement nos mâles que par le taurillon, dépendant de l’exportation », doivent compenser la faible croissance de l’animal castré, de l’ordre de 500 g de carcasse par jour de vie, contre 850 g pour un taurillon. Le bœuf reste plus longtemps sur l’entreprise. La vente se fait en effet à plus de 34 mois d’âge, également pour des raisons de qualité de la viande. Une conduite économe, grâce à la croissance au pâturage, et une meilleure valorisation par le prix de vente sont les deux leviers qui permettent d’envisager cette compensation, et donc de la rentabilité.

Une offre différente, pas concurrente
Outre la qualité des carcasses, « sensiblement comparable à celle des femelles », indique le communiqué, la viande de bœuf de Parthenay est issue « d’une race du terroir et d’animaux élevés à l’herbe, avec tous les gains que cela représente sur le plan environnemental. Les consommateurs y sont sensibles », argumentent les membres du comité de pilotage.
« On propose du bœuf, mais du « vrai » bœuf », reprend Arnault Gatignon. Reste à analyser comment les bouchers et les consommateurs réagiront à tous les arguments. « Nous avons un label qui fonctionne bien. Nous ne voulons surtout pas le déstabiliser », rassure Didier Dupuis, président de l’OS. Pour le moment, l’ambition serait plutôt de développer une filière de niche, à l’échelle locale dans un premier temps.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 18 mars 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité