Aller au contenu principal

Le débat sur la souveraineté alimentaire pose des questions de prix

© Lvcvlvs

À l'occasion des 26e Controverses européennes (Agrobiosciences/Inrae), le 29 juin, Cécile Détang-Dessendre, directrice scientifique adjointe Agriculture à l’Inrae, a expliqué que «les débats qui sont arrivés avec le Covid» sur la souveraineté alimentaire posent «des questions de prix». La directrice de recherche en économie résume ces débats en «deux registres»: «d’un côté réduire ses importations et, de l’autre côté, relocaliser». Or, constate-t-elle, «si d’un côté, nous voulons réduire nos importations et de l’autre relocaliser - et donc ne pas forcément être au plus efficace de la production -, alors nous aurons des questions de prix à gérer.» D'autant plus s'il faut conjuguer ces mesures avec la nécessité d'être durable, qui «est au cœur du dispositif européen». Pour faire face à ces questions de renchérissement, certes «une partie de la population a montré une propension à payer», mais «une autre n’aura pas les moyens», constate Cécile Détang-Dessendre. Et d'appeler à «mettre en œuvre un soutien aux populations défavorisées», évoquant l'exemple anglo-saxon des food stamps. Mais aussi des actions pour modifier le régime alimentaire via «des politiques publiques qui peuvent aller sur de l’information, des structures de taxes».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité