Aller au contenu principal

Le département pousse pour voir fleurir les projets locaux

Trente-deux exploitations ont bénéficié du fonds de soutien départemental pour développer la vente directe. Parmi eux, Thomas Vergnaud, céréalier à La Chapelle-Thireuil, et Loïc Canon, apiculteur à Fressines, en ont profité pour développer des projets innovants.

© C.M

C’est avec sa remorque nouvellement achetée que Loïc Canon est arrivé sur l’exploitation de Thomas Vergnaud, à La Chapelle-Thireuil, lundi 23 novembre. Ce dernier a également pu lui montrer la machine de conditionnement de bières et de sodas qui vient de prendre place dans son local. Deux achats « nécessaires au développement de l’activité », de l’avis des deux exploitants, qui ont pu se faire grâce au coup de pouce du Conseil départemental via son fonds de soutien à l’acquisition de matériel de vente directe, mis en place en juillet dernier.
Doté d’un montant de 300 000 euros, « ce fonds permet de valoriser la production locale, de créer de la valeur ajoutée sur les exploitations et de les rapprocher encore plus des consommateurs, indique Olivier Fouillet, le vice-président du Conseil départemental en charge de l’agriculture. L’aide couvre 40 % de l’investissement jusqu’à 15 000 euros, soit 6 000 euros maximum, et concerne toutes les productions (*).

Quand l’abeille vient à vous

Loïc Canon

L’apiculteur de 42 ans, en activité pleine depuis la fin du printemps après une reconversion professionnelle, traînait sa table et sa tonnelle sur les marchés, une solution peu pratique mais aussi peu attractive. « Mais comme je viens de m’installer, je ne disposais pas de trésorerie d’avance pour me permettre d’investir dans du matériel », relate Loïc Canon. Il a enfin pu acheter une remorque magasin d’un montant de 7 483 euros grâce aux 3 000 euros d’aides. Et soudain, son horizon s’est élargi. Car outre le fait d’être plus visible sur les marchés, il en a surtout profité pour créer un concept : le bee truck, « une structure itinérante qui viendrait à la rencontre des clients et non pas l’inverse. Cela me permet de ne plus être tributaire des marchés. Je suis sur le parking de Leroy Merlin le vendredi après-midi par exemple et je planche sur des animations à destination des plus jeunes. il faut sortir de la forêt pour être visible », assure-t-il.

S’ouvrir un pan de marché

Thomas Vergnaud

Pour le céréalier-brasseur gâtinais, créateur de la marque Louis et Marguerite, l’absence de système pour enfûter et de tireuse à bière commençait à être préjudiciable à son activité. « On a refusé la livraison de 600 fûts de bière l’année dernière, pour les mariages notamment, car on n’avait pas le matériel pour. Et quand on fait les marchés sans tireuse, cela attire beaucoup moins de clients », déplore Thomas Vergnaud.
Les 6 000 euros d’aides (pour un investissement total de plus de 20 000 euros) ont débloqué la situation. Désormais, les commandes pour les mariages s’empilent, pour son plus grand bonheur. De plus, ce nouveau conditionnement va lui permettre de diversifier sa gamme, avec la création de sodas notamment. « On va ouvrir tout un pan de marché auquel on ne pouvait pas répondre, se félicite le brasseur. On savait ce qu’on avait manqué ».

Prolongation du dispositif

Depuis cet été, trente-deux exploitations ont bénéficié de cette aide, pour un montant total de 92 000 euros. Face aux nombreuses demandes et à une enveloppe encore importante (plus des deux tiers sont encore disponibles), la collectivité a décidé de prolonger la période d’ouverture du dispositif jusqu’au 31 mars 2021 au lieu du 31 décembre 2020. En plus de ce fonds de soutien et la création de la plateforme Mon Marché local 79, un partenariat a également été scellé avec les chambres consulaires et les intercommunalités pour la plateforme d’e-commerce « Ma ville, Mon shopping ». Le département a prévu d’aller encore plus loin en 2021 avec le lancement d’une étude pour la relocalisation des productions en Deux-Sèvres.   

(*) Le dépôt des dossiers se fait sur partenaires.deux-sevres.fr. Les investissements ne peuvent être réalisés qu’à compter du dépôt du dossier et jusqu’au 30 septembre 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Petites villes de demain : le programme pour relancer les communes rurales

Dans les Deux-Sèvres, 18 communes ont été retenues pour bénéficier du programme « Petites villes de demain ». Les EPCI de l’…

Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Publicité