Aller au contenu principal

Conjoncture
Le grand écart entre femelles et mâles

Alors que les prix des femelles continuent de bénéficier d’une demande renforcée pour la viande VBF, les prix des jeunes bovins souffrent de la concurrence d’autres origines sur les marchés de l’Europe du Sud.

Le report de consommation de la restauration vers les repas pris à domicile bénéficie aux circuits de détail qui privilégient la viande française (tant en boucherie qu’en GMS). Le second confinement, en cours depuis le 5 novembre sur l’ensemble de la France, pourrait accentuer ce phénomène. Un bon point pour le prix des femelles. Depuis le printemps, la valeur de leur viande a progressé de 1 à 7 % selon les catégories (voir Graphe ci-contre)

Toujours moins de vaches

Au 1er septembre, le cheptel allaitant était en recul de 1,8 % par rapport à 2019. Après une accélération des sorties en juin et juillet, qui avait conduit à une baisse plus forte de cheptel, le rythme de baisse revient à son niveau du 1er juin. Le rythme d’érosion du cheptel laitier est stable depuis 3 mois, à -1,8 % par rapport à 2019.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité