Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Le modèle deux-sévrien séduit les ingénieurs finlandais

Soucieux de quintupler leur production de lait de chèvre dans les années à venir, trois experts finlandais se sont rendus la semaine dernière dans des exploitations du département pour en tirer des éléments de développement à mettre en place dans leur pays.

Juha Pennala, Milla Alanco-Ollqvist et Johanna Mäntyharjo (de gauche à droite), les trois ingénieurs finlandais de l’entreprise Proagria, prennent des notes sur les moindres détails de l’exploitation de Saint-Sauvant, sous les yeux de Thierry et Grégoire Jayat.
Juha Pennala, Milla Alanco-Ollqvist et Johanna Mäntyharjo (de gauche à droite), les trois ingénieurs finlandais de l’entreprise Proagria, prennent des notes sur les moindres détails de l’exploitation de Saint-Sauvant, sous les yeux de Thierry et Grégoire Jayat.
© C.M.

La qualité française attire. Mardi 10, mercredi 11 et jeudi 12 juillet, trois experts finlandais sont venus visiter des exploitations caprines du département. « Ils souhaitaient voir en priorité des fermes de 400-500 chèvres avec une alimentation basée sur l’ensilage de maïs, présente Rémi Couvet, conseiller du Saperfel. « Notre société, qui est basée dans l’ouest du pays, a pour objectif de passer de 1 million de litres de lait de chèvres produits actuellement à 5 millions, idéalement d’ici 2 à 3 ans mais plus probablement vers 2025 », présente Juha, expert en technique agricole et en économie dans la production bovine et caprine.

Les Finlandais, trop dépendants des importations de fromages de chèvres notamment, veulent moderniser leurs installations pour irriguer le pays et exporter une petite partie de la production vers l’Allemagne. Mais le prix des terres reste cher dans ce pays de 5,5 millions d’habitants. Il faut compter en moyenne 9 000 euros de l’hectare.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité