Aller au contenu principal

« Le travail de la terre n’est pas socialement valorisant au Togo »

L’urgence à valoriser socialement et économiquement la production agricole s’accroît avec l’arrivée sur les terres africaines d’investisseurs chinois.

Afdi accompagne les agriculteurs togolais. La mécanisation est un point sur lequel les réflexions sont nombreuses.
Afdi accompagne les agriculteurs togolais. La mécanisation est un point sur lequel les réflexions sont nombreuses.
© N.C.

«L’idée que le continent africain ne disposerait pas des richesses nécessaires pour nourrir ses populations est fausse. Les sols sont riches. L’eau y est dans certaines régions aussi importante qu’en Europe. C’est l’organisation, la structuration de lieux collectifs de réflexions et de mobilisation de moyens qui manquent. » Ce constat, rappelé ici par Michel Guionnet, président d’Afdi 79, est le socle sur lequel depuis de nombreuses années déjà, paysans du Sud et paysans du Nord développent des partenariats. L’UARP, Union des agriculteurs de la région des plateaux au Togo, est un outil coopératif. La mutualisation de moyens permet la mise en œuvre de conseils techniques mais également de gestion.
« Le développement des organisations paysannes et leur reconnaissance par les politiques pourraient donner naissance à un vent d’espoir pour la jeunesse. Aujourd’hui, le travail de la terre n’est pas socialement valorisant au Togo. Equipés de smartphone, les jeunes regardent l’Occident avec envie et tournent le dos aux richesses qui in situ pourraient pourtant leur offrir un avenir. »
Mercredi 20 mai, les membres d’Afdi 79, réunis en assemblée générale à la chambre d’agriculture de Parthenay, faisaient le point sur les avancées suscitées par le partenariat développé avec les agriculteurs du Togo. La création de collectifs a donné à ceux qui voulaient bien travailler la terre un peu plus de moyens. La technique, le partage du matériel, le microcrédit sont autant de concepts qui progressivement amènent les travailleurs de la terre à une professionnalisation. Les besoins de la famille assurés, ils vendent les excédents. Alors l’agriculture devient source de revenus.
« Les Togolais, les jeunes Togolais ignorent que leur terre est source de richesses alors que  les investisseurs chinois la convoitent. Le risque est de voir les populations se faire déposséder de cette ressource », commente Michel Guionnet. Une crainte qui rend plus cruciale encore la question de la reconnaissance sociale du métier d’agriculteur en terre africaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Publicité