Aller au contenu principal
Font Size

CUMA
L’impact du Covid-19 limité sur les chantiers des Cuma

Le président de la FdCuma, Joseph Guérineau, redoute plus le déséquilibre des cultures dû aux conditions climatiques, qui risque de se répercuter sur l’activité de l’été.

Les matériels mis en commun sont systématiquement désinfectés.
© FDCuma

Dans les champs, les agriculteurs ont aussi un rôle à jouer dans la limitation de la propagation du virus et c’est ce qu’a tenu à rappeler Joseph Guérineau, le président de la fédération départementale des Cuma. « Le respect des gestes barrières dans les exploitations est fondamentale, d’autant plus que nous sommes une agriculture de groupe, ce qui se traduit par des contacts humains plus fréquents. » Alors que les chantiers d’ensilage battent leur plein, le président ne déplore pas de baisse d’activité importante, même si toutes les démonstrations de matériel ont été annulées. « Une partie de nos salariés sont en télétravail pour assurer la continuité des services. » Quand elles le peuvent, les Cuma passent par les plateformes Mycumalink ou Mycumaplanning, qui permettent de réserver des matériels en toute simplicité, même si les réunions téléphoniques sont majoritaires.

« Tous les agriculteurs s’adaptent. Maintenant, ils ne rentrent plus dans les maisons pendant les chantiers. Tous les points de contact des matériels en commun sont désinfectés au niveau des poignées, du volant et des commandes, avant et après chaque utilisation. Nous nous devons d’être irréprochables, pour nous mais aussi pour tout le monde », martèle Joseph Guérineau.

Impact plus fort des conditions climatiques

Si la période est peu propice à l’investissement, le dirigeant affirme que tous les dossiers PCAE les concernant ont été déposés. « De ce fait, les matériels vont bien s’acheter un jour ou l’autre. »

Économiquement parlant, l’impact le plus significatif ne vient pas de la pandémie mais des conditions climatiques de ce début d’année. Le dirigeant estime qu’un quart des cultures n’ont pas pu être semées. «Ce déséquilibre des cultures va avoir un impact sur le remboursement des prêts car il y aura moins d’hectares à moissonner. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité