Aller au contenu principal

Covid19
Point sur le coronavirus en Deux-Sèvres au 6 mars

Un premier cas détecté en Deux-Sèvres : une femme de 40 ans a été hospitalisée hier soir au CHU de Poitiers. 

© Léa Calleau

La France est passée au stade 2 de l’épidémie depuis le 28 février, avec des mesures qui visent à « endiguer le développement de la pathologie ». 1000 tests sont effectués chaque jour. 5% des personnes testées sont positives, la moitié d’entre elles viennent des six clusters répartis sur le territoire national. Le stade 3 sera déclenché lorsque le virus circulera activement, les mesures consistant alors à atténuer ses effets.

Le préfet des Deux-Sèvres a voulu organiser une conférence de presse avant qu’un premier cas ne soit déclaré dans le département, ce qui s’est produit la veille de la réunion. Une femme de 40 ans a été transférée au CHU de Poitiers jeudi 5 mars. Santé publique France mène une enquête pour remonter la chaine de contamination, mais il n’est pas possible de communiquer le nom de la commune d’où vient cette personne. Pour le moment, une vingtaine de cas contacts ont été identifiés et les tests sont tous négatifs.

Conf presse coronavirus
Conférence de presse du Préfet des Deux-Sèvres

À Niort, cinq à six prélèvements sont effectués chaque jour. L’épidémie de grippe touchant à sa fin, les médecins du CHU de Niort pensent qu’il va être plus facile d’identifier les patients potentiellement atteints du Covid19, les symptômes étant similaires. Le 15 reçoit 25% d’appels en plus depuis une semaine. Les personnes présentant des symptômes sont invitées à venir faire des prélèvements au centre 15. Les analyses prennent quatre à cinq heures. En attendant, la personne testée peut rentrer chez elle.

Au centre hospitalier de Niort, une unité dédiée comporte 12 chambres avec un circuit distinct des autres patients. Pour le moment, ces lits sont utilisés pour les personnes présentant des pneumopathies. En fonction de la progression de l’épidémie, des lits dans tous les hôpitaux pourront être libérés, mais il est difficile de les chiffrer pour le moment. Les hôpitaux de Faye-l'Abbesse, Mauléon et du Haut-Val de Sèvre se préparent au stade 3. 

Les parents d'élèves peuvent trouver tous les renseignements sur le site ministère. Ils peuvent contacter dès le lundi 9 mars la direction de l’inspection académique des Deux-Sèvres au 05 17 84 02 30, ainsi que le rectorat de Poitiers au 05 16 52 66 00.

Pour les entreprises qui connaissent des difficultés d’approvisionnement et sont bloquées dans leur production, il est possible de recourir au chômage partiel. Le salarié qui revient d'une zone à risque doit l'indiquer à son employeur, mais il n’a plus à s’isoler. Le télétravail est préconisé. 

En fonction de l’évolution de la situation, les foires de Bressuire (27 au 30 mars) et de Niort (30 avril au 1er mai) seront maintenues ou annulées.

Un numéro vert a été mis en place pour répondre à toutes les questions générales sur le Covid19 : 0 800 130 000. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité