Aller au contenu principal
Font Size

Caprins
Prairie multi-espèces : les éleveurs témoignent

Trois éleveurs expliquent les avantages qu’ils trouvent à la culture de prairies multi-espèces.  

Les prairies multi-espèces présentent de nombreux avantages.
© D.R.

Laurent Ruau (49) : « Dans mes terres à luzerne, l’intérêt de la prairie multi-espèces est moins flagrant. Je cherche à associer à la luzerne au moins une espèce pour tapisser le sol et réduire la récolte de terre dans le fourrage. Je remarque que la parcelle démarre en pousse plus rapidement avec moins de mauvaises herbes à la première coupe de printemps. Je réserve des mélanges à 4-5 espèces sur mes terres à problèmes, qui sont humides à «tendance argileuse ».
Raphaël Brunet (49) : Je sème des prairies multi-espèces depuis 2008. Toutes les espèces n’arrivent pas forcément aux stades valorisables en même temps, ma fenêtre pour récolter ou faire pâturer est donc plus large. J’apprécie aussi la complémentarité entre les espèces. J’ai des parcelles hétérogènes très bien couvertes, notamment avec des veines séchantes, à l’image d’une forêt où chaque espèce spontanée trouve sa place selon les conditions ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité