Aller au contenu principal

Produire n'a d'intérêt que si l'on répond au besoin d'un marché

Communiquer avec les consommateurs. Expliquer comment les soins apportés aux animaux permettent de produire une viande qui répond à leurs attentes. C'est avec ces envies que les représentants de la race vont à Paris.

Thierry et Édouard Goudeau présentent un animal de boucherie ainsi que Figue et son veau pour le concours génétique.
Thierry et Édouard Goudeau présentent un animal de boucherie ainsi que Figue et son veau pour le concours génétique.
© C.P.

Édouard et son père Thierry Goudeau présenteront avec l'énergie des passionnés leurs trois animaux à Paris. Une femelle bouchère et une vache suitée ont été sélectionnées au cours des commissions réalisées entre le mois de novembre et le mois de janvier. La première défendra les couleurs du produit viande, mets de qualité valorisée par le label Rouge. La seconde et son veau défendront, outre la place de la parthenaise sur l'échiquier national des races à viande, le travail de sélection génétique conduit depuis vingt-sept ans au sein du Gaec Goudeau.
Comme cet élevage de Verruyes, dix-neuf autres seront, du 25 février au 5 mars, de cette aventure collective. Depuis quatre mois, les vingt-deux animaux sélectionnés bénéficient d'un régime particulier. Si chaque éleveur souhaite que son animal se démarque de ses congénères, un atout pour l'image de sa ferme, chacun, dans la préparation des candidats et candidates retenus, s'engage au bénéfice du collectif. « Paris est aussi un salon grand public. On y va pour échanger avec les consommateurs, expliquer comment on travaille, comment on élève des animaux, présenter également les gestes et l'attention que l'on porte à notre cheptel dans nos élevages », témoigne Étienne Passebon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité