Aller au contenu principal

Règlementation apicole : une piqûre de rappel

© damien-tupinier

L'exploitation de ruches et l'élevage des abeilles relèvent de l'activité agricole, et l'apiculteur est un agriculteur, bien qu'il puisse associer son activité apicole avec d'autres activités, ce qui en fait, est assez fréquent. Tout apiculteur doit se conformer aux prescriptions des textes légaux ou réglementaires en vigueur concernant l'agriculture en général et la possession de ruches en particulier.

 

Assurance responsabilité civile

Vous devez souscrire une assurance responsabilité civile et protection juridique pour vos ruches. L'article 1385 du Code civil indique : « Le propriétaire d'un animal ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est sous son usage, est responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fut sous sa garde, soit qu'il fut égaré ou échappé ».

 

La déclaration

Pensez à déclarer vos ruches. En effet, tout nouvel apiculteur est tenu de déclarer les ruches dont il est propriétaire ou détenteur, en précisant leur nombre et leur emplacement au groupement de défense sanitaire (GDS 79) avec le Cerfa n°13995*1, dans un délai d'un mois après l'installation ou la prise de possessions des ruches. Un numéro d'immatriculation sera alors attribué à chaque nouvel apiculteur. De la même manière, tout changement d'emplacement, toute nouvelle installation d'un rucher ou toute cessation d'activité en cours d'année sont à déclarer.

 

Les distances à respecter

Quel que soit le nombre de ruches détenues, il convient de respecter les prescriptions en matière de distance (code rural) et de se conformer aux arrêtés préfectoraux. Dans les Deux-Sèvres, l'arrêté préfectoral du 7 juillet 2011 indique que les ruches peuplées ne doivent pas être placées à moins de 10 m des propriétés voisines et que cette distance peut être portée à 20 m dans le cas d'habitation et de voies publiques. Il est également important de savoir qu'elle est de 100 m au moins, si les propriétés voisines sont des établissements publics à caractère collectif. Néanmoins, l'article 4 précise que les ruches isolées des propriétés voisines ou des chemins publics, par un mur, une palissade en planches jointes, une haie vive ou sèche, ne sont assujetties à aucune prescription de distance. Ces clôtures doivent avoir une hauteur de 2 mètres au-dessus du sol et s'étendre sur au moins 2 mètres de chaque côté de la ruche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité