Aller au contenu principal

Interview de Jean-Michel Lemétayer
Restons attentifs aux modalités d’application de la LMA

Jean-Michel Lemétayer
Jean-Michel Lemétayer
© DR

Le 6 juillet, les députés ont approuvé la loi de modernisation de l’agriculture. Est-ce une bonne loi ?

C’est une loi qui doit permettre d’aller de l’avant, en particulier sur le plan économique dans l’organisation des filières. Récemment, j’ai eu l’occasion de voir la manière dont sont structurées les filières grandes cultures et laitières dans d’autres pays de l’Union européenne. On ne pourra pas rester en France avec un système atomisé insuffisamment structuré, et penser que l’on pourra se battre à armes égales avec nos partenaires et concurrents européens. Ce volet économique renforce les interprofessions, la nécessaire structuration des filières va dans le bon sens. Reste à voir comment on l’appliquera.

 

Quels sont les points de désaccord ?

Là où je suis un peu déçu, c’est sur la question du foncier. On ne nous a pas assez entendus sur l’impérieuse nécessité de protéger le foncier. La taxe dont on a obtenu malgré tout l’orientation pour l’installation des jeunes, ne réussira pas à protéger les agriculteurs sur l’emprise du foncier. Il aurait fallu aller vers la constitution d’une commission d’évaluation pour voir si toute cette conquête du foncier sur le dos de l’agriculture est toujours nécessaire et justifiée. 

 

Pensez-vous que cette loi puisse redonner une vraie compétitivité à l’agriculture française ?

Je pense également que nous ne sommes pas allés assez loin sur l’allégement des charges, il faudra dans les décrets d’application qu’il y ait une volonté affichée de permettre la compétitivité de notre agriculture. On voit que le débat qu’il y a eu sur les installations classées n’a pu trouver une issue favorable, alors qu’il s’agissait tout simplement d’être à « armes égales » avec nos partenaires européens. On voit - même si ce n’est pas dans la loi - les difficultés que l’on a à faire aboutir la circulation des 44 tonnes…, or ce sont des facteurs de compétitivité par rapport à nos voisins européens, au premier rang desquels les Allemands. 

La loi avait et a pour but de donner des atouts à notre agriculture. Elle doit pouvoir en donner… La loi reste un cadre, ce sont les décrets d’application qui feront qu’on donne ou pas du punch à notre agriculture. Notre agriculture française va devoir se battre sur un marché européen de plus en plus ouvert, ne l’oublions pas ! C’est pourquoi, nous devons rester fortement mobilisés sur les modalités d’application de cette loi.    

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Les vœux de l’année : une Pac supportable, des Egalim appliqués
Depuis leur début de mandat (en mars pour Thomas Gaillard, en juin pour Grégory Nivelle), les présidents de JA 79 et Fnsea 79 n’…
Publicité