Aller au contenu principal

Edito
Un RIP contre l’élevage

Thomas Gaillard, président JA 79
Thomas Gaillard, président JA 79
© JA 79

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux compte quelque 600 000 signatures de citoyens et 133 de parlementaires. Deux des six propositions du projet de loi signent la mort certaine d’une grande partie des exploitations d’élevage de notre territoire, à savoir l’interdiction d’élevage d’animaux de rente en cage, stalle ou box d’ici à 2025 et l’interdiction de tout élevage n’offrant pas un accès à l’extérieur aux animaux d’ici à 2040.

Aussi incongrues, brutales et irréalistes que soient ces mesures, celles-ci ne prennent aucunement en compte la réalité économique et technique des élevages et ne proposent aucun accompagnement pour l’amélioration des conditions d’élevage. Pire, les propositions prévoient des peines d’emprisonnement et des amendes de milliers d’euros pour les éleveurs.

Alors allons-nous continuer à nous laisser qualifier de criminels par ces personnalités complètement déconnectées des réalités agricoles ? Qui sont ces gens, quelle est leur légitimité ? Nous sommes les plus qualifiés pour parler de l’élevage car nous vivons pour et avec nos animaux, et non les personnes qui nous dénoncent. Ainsi, que les parlementaires urbains, majoritaires dans les soutiens à ce RIP, se laissent duper est regrettable mais compréhensible. Mais que des parlementaires, élus des territoires agricoles et ruraux, le fassent est inacceptable. Ceux-ci devront rendre des comptes et expliquer clairement à leurs électeurs pourquoi ils soutiennent une idéologie qui entraînera l’effondrement d’un secteur qui aujourd’hui fait vivre une grande partie d’entre eux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité