Aller au contenu principal

Edito
Un RIP contre l’élevage

Thomas Gaillard, président JA 79
Thomas Gaillard, président JA 79
© JA 79

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux compte quelque 600 000 signatures de citoyens et 133 de parlementaires. Deux des six propositions du projet de loi signent la mort certaine d’une grande partie des exploitations d’élevage de notre territoire, à savoir l’interdiction d’élevage d’animaux de rente en cage, stalle ou box d’ici à 2025 et l’interdiction de tout élevage n’offrant pas un accès à l’extérieur aux animaux d’ici à 2040.

Aussi incongrues, brutales et irréalistes que soient ces mesures, celles-ci ne prennent aucunement en compte la réalité économique et technique des élevages et ne proposent aucun accompagnement pour l’amélioration des conditions d’élevage. Pire, les propositions prévoient des peines d’emprisonnement et des amendes de milliers d’euros pour les éleveurs.

Alors allons-nous continuer à nous laisser qualifier de criminels par ces personnalités complètement déconnectées des réalités agricoles ? Qui sont ces gens, quelle est leur légitimité ? Nous sommes les plus qualifiés pour parler de l’élevage car nous vivons pour et avec nos animaux, et non les personnes qui nous dénoncent. Ainsi, que les parlementaires urbains, majoritaires dans les soutiens à ce RIP, se laissent duper est regrettable mais compréhensible. Mais que des parlementaires, élus des territoires agricoles et ruraux, le fassent est inacceptable. Ceux-ci devront rendre des comptes et expliquer clairement à leurs électeurs pourquoi ils soutiennent une idéologie qui entraînera l’effondrement d’un secteur qui aujourd’hui fait vivre une grande partie d’entre eux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
Gâtine, Deux-Sèvres, qualité des eaux, prairie, élevage
Pour la qualité de l’eau, la société a besoin de l’élevage
Communication, mais également expérimentations : les syndicats des eaux et le Pays de Gâtine s’engagent pour maintenir l’élevage…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
Publicité