Aller au contenu principal
Font Size

Billet
Lait biologique : "stop à la surenchère de contraintes"

© FNPL

La fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) a eu vent de la volonté de plusieurs entreprises laitières (privées et coopératives) de mettre en place des cahiers des charges « lait bio » comportant des contraintes supplémentaires pour l’éleveur, et ce sans contrepartie financière.

La FNPL estime que toute nouvelle contrainte doit faire l’objet d’une contrepartie financière. De plus, un cahier des charges « bio » ++, différent de celui prévu par le signe officiel de qualité, peut venir déstabiliser la valeur globale du marché de la bio en France. C’est pourquoi la FNPL s’y refuse !

Ne cédons pas aux sirènes du marketing, toujours prompt à créer de nouvelles contraintes pour les éleveurs. Il conduit souvent à créer une course à l’échalote des acteurs de la transformation. Or, à ce jeu, le perdant est toujours l’éleveur.

Privilégions la logique du bio ET local plutôt que la création de contraintes supplémentaires sur les exploitations biologiques. Pour la FNPL, « France Terre de Lait » doit être le socle sur lequel la filière laitière bio doit s’appuyer. Valorisons les systèmes bio français pour nous démarquer de nos voisins européens, sans nous créer de contraintes nouvelles que nous ne serons pas en mesure de rémunérer.

De telles démarches industrielles nuisent à la lisibilité du signe officiel de qualité « bio » pour le consommateur.

Pour la FNPL, cette décision est inacceptable et irresponsable. Elle est d’autant plus inadmissible lorsqu’elle est prise par un conseil d’administration de coopérative composée d’éleveurs ! Notre réseau doit se mobiliser auprès des administrateurs des coopératives et des représentants d’OP pour ramener l’ensemble des acteurs de la transformation à la raison. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité