Aller au contenu principal

Une application drive agricole made in Niort

Informaticien à Niort, Florent Frémont a regretté de ne pas trouver d’application qui lui permette d’identifier les producteurs autour de lui. Alors il l’a créée.

© Florent Frémont

«J’aime bien partager. L’idée de faire quelque chose de citoyen et ouvert, explique Florent Frémont. Pendant le confinement, je me suis encore plus rendu compte, avec mon épouse, qu’on consommait souvent mal. En tant que parent, il me semble aussi essentiel de montrer aux enfants qu’on peut se fournir localement, mais aussi leur montrer comment ces aliments sont produits ».

Cet habitant de Niort, qui connaît peu les producteurs locaux, a trouvé un peu compliqué d’identifier ceux qui étaient autour de lui. Heureusement, son métier lui a permis de fabriquer lui-même la solution. Puisqu’il est informaticien, il imagine une application, accessible à la fois sur smartphone et sur ordinateur, pour géolocaliser des producteurs.

Pour consulter les producteurs inscrits, pas besoin de s’inscrire sur l’application, mais juste de renseigner le lieu où l’on recherche un agriculteur. C’est uniquement pour mettre des produits dans son panier qu’il faut que le consommateur s’identifie. Il doit ensuite choisir un moment pour venir chercher sa commande chez le producteur, parmi les horaires proposés par l’agriculteur.

Se faire connaître des agriculteurs et OP

Côté agriculteur, l’utilisation de l’application est également gratuite. « Le producteur doit s’inscrire, renseigner les informations pertinentes sur son exploitation, le lieu du drive et ses horaires, puis ajouter les produits qu’il souhaite vendre ». Il est également possible d’ajouter une photo pour chaque produit, si le produit est actuellement disponible, et bien sûr ajouter un prix. « L’application ne fait pas la gestion des stocks, donc lorsqu’un consommateur commande, l’agriculteur reçoit la commande, et c’est à lui de la confirmer ou non ».
Pour le paiement, l’application ne permet pas un paiement en ligne par carte bancaire, mais peut indiquer, si le producteur le souhaite, le lien vers son paypal. Sinon, le paiement se fera au moment du retrait de la commande.

Disponible depuis quelques jours seulement, l’application compte deux producteurs des Deux-Sèvres inscrits : un producteur de veaux sous la mère et un producteur caprin qui commercialise ses fromages. Mais plusieurs autres, de la Vienne et du Maine-et-Loire, devraient s’ajouter dans les prochains jours. « Il faut désormais que je me fasse connaître des agriculteurs. Pour les agriculteurs, c’est aussi une façon de se faire connaître et de se digitaliser, ajoute l’informaticien. Je souhaiterais également travailler avec les OPA pour perfectionner tout ça. J’ai construit l’application avec des remarques d’agriculteurs, mais je suis bien sûr ouvert aux suggestions ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité